Noce royale

Mariage du prince Harry et de Meghan Markle: Trump n'est pas invité, Obama si (vidéo)

Donald Trump a souhaité le meilleur au prince Harry et à Meghan Markle, même s'il sait que la future princesse ne l'aime pas du tout. - © CHRIS JACKSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives

Donald Trump a déclaré lundi à la télévision britannique que Meghan Markle formait "un couple charmant" avec le prince Harry. Mais il a aussi avoué qu'il n'était pas invité au mariage en mai prochain. Barack Obama, lui, a déjà reçu son faire-part.

L'actrice américaine Meghan Markle va très bientôt épouser le prince Harry, devenir une vraie princesse et aussi acquérir la nationalité britannique. Donald Trump, récemment invité sur ITV dans l'émission Good morning Britain, a donné son avis sur cette union princière qui occupe tous les tabloïds anglais depuis l'annonce des fiançailles.

Et le président américain a surpris tout le monde en étant extrêmement mesuré dans ses propos. Même plutôt sympathique. "C'est un couple tout à fait charmant", a-t-il d'abord déclaré.

Quand le journaliste Piers Morgan lui a révélé que Meghan Markle l'avait qualifié, dans une précédente interview à la télévision américaine, de "diviseur" et de "misogyne", Donald Trump n'a pas paru énervé et a répondu: "J'espère quand même qu'ils seront heureux".

Voir aussi: le prince Harry épousera Meghan Markle le 19 mai

Le président des Etats-Unis a aussi révélé "ne pas être au courant" d'une quelconque invitation qui lui aurait été adressée pour le mariage princier. Autrement dit, il ne fait pas partie des convives.

Pourtant, d'autres chefs et représentants d'Etat ont reçu un faire-part, dont Justin Trudeau, le Premier ministre canadien. L'ancien président américain Barack Obama et son épouse Michelle ont aussi été conviés à la noce.

Voir aussi: qui est Meghan Markle, future épouse du prince Harry?

Donald Trump n'était évidemment pas venu parler uniquement de Meghan Markle et du prince Harry sur Good morning Britain.

Il a notamment évoqué ses bonnes relations avec Theresa May mais a toutefois expliqué qu'il aurait été plus "dur" qu'elle dans les négociations sur le Brexit.

Il a aussi déclaré "ne pas être féministe" parce que "ce serait aller un peu trop loin", mais a assuré défendre tout le monde, aussi bien "les femmes que les hommes".

Le locataire de la Maison Blanche est également revenu sur un épisode qui avait choqué l'Angleterre: le retweet de vidéos anti-musulmans. Il a expliqué être prêt à s'excuser pour cela et a ajouté "être sans doute la personne la moins raciste que quiconque puisse rencontrer".


Voir la version optimisée mobile de cet article