Changement de ton

"Le djihad médiatique, c'est la moitié du djihad": comment l'EI fait évoluer sa propagande en vidéos militaires

L'Etat islamique fait évoluer ses formats face aux déboires militaires. - ©Capture d'écran

L'Etat islamique a marqué le conflit en Irak et en Syrie par sa capacité à publier des montages vidéos de bonne facture pour appuyer sa propagande. Mais les formats habituels, souvent stéréotypés, commencent à évoluer (surtout sur le "timing") avec les déboires de Daech sur le terrain militaire. Matteo Puxton, agrégé d'Histoire, spécialiste des questions de défense et observateur de référence du conflit irako-syrien, décrypte en partenariat avec "FranceSoir" ces changements et leurs significations.

L'Etat islamique (EI) a récemment opéré un changement dans sa production de vidéos militaires sur le théâtre syro-irakien. Si celui-ci est passé relativement inaperçu, il a permis au groupe de terroriste de multiplier les vidéos de propagande alors même qu'il est en net recul sur le front. Ce faisant, l'EI continue d'occuper l'espace médiatique avec sa propagande.

mantoux1bis.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Illustration: Titre de la vidéo de la wilayat Dijlah de l'EI, parue le 20 juillet, qui est la première hors de la wilayat Raqqa à adopter le nouveau format "court" de vidéos militaires.

Traditionnellement, l'EI publie des montages vidéos longs (d'une durée variable, ils peuvent aller de 5-10 minutes à beaucoup, jusqu'à près d'une heure comme on l'a vu durant la bataille de Mossoul) qui sont décalés dans le temps par rapport aux événements montrés. Généralement, il y avait en moyenne environ trois semaines d'écart entre la mise en ligne de la vidéo et les opérations relatées, voire beaucoup plus selon les wilayats (provinces) de l'EI (un mois, voire plusieurs mois). L'EI a  même conservé, parfois, des séquences fortes, en réserve, pour les ressortir à un moment jugé important. La contre-offensive couronnée de succès contre le régime syrien qui marchait sur Raqqa par le sud, les 19-22 juin 2016, n'a été montrée qu'en novembre 2016 par l'EI dans une vidéo retraçant l'histoire de la wilayat al-Raqqa, et juste après l'annonce du déclenchement de l'opération "Colère de l'Euphrate" des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) contre Raqqa.

L'EI a publié 46 vidéos militaires dans ses provinces syriennes et irakiennes entre le 1er janvier et le 31 août 2017. L'échantillon représente sept provinces irakiennes, six provinces syriennes (plus Jaysh Khalib ibn al-Walid qui est l'affilié de l'EI au sud-ouest de la Syrie) et deux provinces transfrontalières (al-Furat et al-Jazirah). On observe que les wilayats Ninive (Mossoul), Raqqa et al-Furat (transformée en sanctuaire frontalier par l'EI depuis plus d'un an) sont les plus représentées, ce qui est logique.

mantoux2.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Illustration: Vidéos militaires de l'EI par province. De gauche à droite, les provinces irakiennes, Ninive, Salahuddine, Dijlah, Kirkouk, Falloujah, Anbar, Bagdad, les provinces syriennes Halab, Raqqa, al-Khayr, Homs, Hama, al-Barakah, Jaysh Khalid ibn al Walid, et les provinces transfrontalières, al-Furat et al-Barakah.

Toutefois, si l'on découpe cette période en commençant par l'intervalle de janvier à juin, jusqu'au début de la bataille dans Raqqa, on voit que c'est Mossoul qui domine de manière très nette la propagande militaire de l'EI (huit vidéos de la wilayat Ninive, deux de la wilayat al-Jazirah et une de la wilayat Dijlah qui participent aussi à la bataille au sens large), suivie par la wilayat al-Furat transfrontalière, puis par Raqqa et enfin Halab (Alep), avec les combats contre l'armée turque et ses alliés rebelles.

mantoux3.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Au contraire, de juin à août, avec la fin de la bataille de Mossoul, les islamistes recentrent la propagande sur la bataille de Raqqa. On voit également monter les wilayats de l'est de la Syrie (Homs, al-Khayr, al-Furat également) qui font face à l'avancée du régime syrien et, en Irak, les wilayats repliées dans la poche de Hawijah au sud-ouest de Kirkouk (Kirkouk, Dijlah), un des derniers bastions de l'EI en Irak.

mantoux4.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Sur le plan numérique, on constate que la production est en dents de scie et atteint un pic au mois d'août, que nous allons précisément essayer expliquer. La répartition par mois ne montre pas toutefois la fréquence de publication des vidéos qui fait apparaître des éléments intéressants.

mantoux5.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

On observe que de janvier à juin 2017, chaque pic de mise en ligne de vidéos militaires de l'EI est suivi d'une période "creuse" de 10 à 15 jours environ, que l'on retrouve à quatre ou cinq reprises si l'on compte la période du 8 au 17 mai où une seule vidéo est apparue. L'EI a donc du mal à être régulier dans ses publications de vidéos militaires et à occuper constamment l'espace: pour ce faire, il va finalement changer de stratégie.

mantoux6.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

C'est à Raqqa, en juin 2017, que la propagande militaire de l'EI va évoluer. Le 28 juin, près d'un mois après le début de l'assaut sur la ville, l'EI publie une vidéo intitulée "Une oumma fertile", qui est en fait la première d'une nouvelle série. D'un format court (un peu plus de cinq minutes), cette vidéo de propagande veut montrer que les combattants de l'EI à Raqqa sont déterminés à résister jusqu'au bout. Cinq jours plus tard, le 3 juillet, une deuxième vidéo de cette série est mise en ligne: un docteur australien, Abou Yousouf al-Australi, Tareq Kamleh de son vrai nom, est montré soignant les enfants victimes des bombardements de la coalition. On le voit ensuite dans un tunnel sous la ville de Raqqa, AK-47 à la main, appelant les partisans de l'EI à commettre des attentats dans les pays de la coalition anti-EI, citant la sourate al-Tawbah ("le repentir") et demandant au président américain Trump d'envoyer ses soldats à Raqqa pour qu'il puisse les tuer. Kamleh a rejoint l'EI en 2015: il avait un passif peu reluisant en Australie. La série continue le 14 juillet, dix jours plus tard, avec une vidéo thématique consacrée à l'action des snipers à Raqqa. Certaines images de la vidéo remontent à la veille, ce qui est changement notable par rapport aux montages "classiques" de l'EI, toujours décalés dans le temps.

Parallèlement à cette nouvelle série de vidéos courtes centrées sur Raqqa, l'EI continue de produire des vidéos "classiques" de format long. Le 29 juin, le lendemain de la mise en ligne du premier volet de la série "Une oumma fertile", la wilayat al-Furat de l'EI publie une vidéo montrant ses opérations de mars à mai 2017 environ, soit un décalage de 1 à 3 mois entre celles-ci et la mise en ligne de la vidéo.

Le tournant se produit le 20 juillet quand pour la première fois, l'EI publie une vidéo "courte", de nouveau format, dans la wilayat Dijlah (Tigre) en Irak. Cette très courte vidéo de moins de 4 minutes présent les combats dans le village d'Imam al-Gharbi, au sud de Mossoul, que l'EI a occupé dans la nuit du 3 au 4 juillet et dont il a été chassé après de violents combats le 20 juillet, le jour même de la publication de la vidéo. On voit donc que le nouveau format « court » mis en œuvre à Raqqa s'étend à d'autres wilayats et permet à l'EI de communiquer sur les combats du moment.

Cela n'empêche pas la wilayat al-Raqqa de conserver, elle aussi, des productions "classiques": le 30 juillet, elle publie une vidéo de format long (30 minutes) qui couvre la bataille de Raqqa de début juin à quasiment la mi-juillet 2017. De la même façon, la wilayat Dijlah, qui a été la première à basculer dans le nouveau format initié à Raqqa, met aussi en ligne une vidéo qui semble "classique", puisqu'elle est publiée le 4 août et qu'elle couvre des opérations de janvier à mai au moins, mais sa durée (huit minutes à peine) et sa configuration (aucune voix-off, pas de montage élaborée) la rapprochent du nouveau format.

Le 11 août, c'est au tour de la wilayat al-Furat, une des plus actives en terme de vidéos de propagande (militaire ou non), de passer au nouveau format avec une vidéo d'un peu plus de 7 minutes montrant l'assaut sur la milice chiite irakienne Kataib Sayyid al-Shuhada près de la frontière irakienne, qui a eu lieu à peine 5 jours plus tôt.

Le format se généralise ensuite rapidement: si la wilayat Homs en Syrie publie une vidéo "classique" le 13 août qui couvre les opérations du 31 mai au 14 juillet précédents, une vidéo du 16 août, à peine 3 jours plus tard, appartient au "nouveau" format: d'une durée d'un peu plus de six minutes, elle montre un assaut lancé contre une position du régime sur le front de Humaymah à peine cinq jours plus tôt. Le 6 août, c'est la wilayat Kirkouk en Irak qui publie aussi une vidéo du type "nouveau format" consacrée aux snipers, d'un peu plus de sept minutes.

Le 16 août, la wilayat al-Raqqa met en ligne le premier volet une nouvelle série du format court: "La poussière de la bataille". Elle dure 8 minutes et montre des contre-attaques lancées la veille et l'avant-veille dans Raqqa contre les FDS. La wilayat al-Khayr (Deir Ezzor) met ensuite en ligne, le 21 août, une vidéo "classique" qui montre ses opérations au mois de juillet, un mois avant la parution.

Le quatrième épisode de la série "Une oumma fertile" sort le 23 août, il est centré plus spécifiquement sur les enfants de l'EI à Raqqa. Le 25 août, la wilayat Bagdad publie une vidéo de format "classique" montrant ses opérations terroristes en 2017.

mantoux7.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Le 27 août, la wilayat Kirkouk publie un montage "classique", avec des opérations datant de juillet-août (environ 15 jours d'écart avec les images les plus récentes). Le lendemain, la wilayat al-Furat en revanche publie une vidéo de format court montrant un assaut sur une position du régime syrien au Wadi al-Waer, près de la frontière irakienne, ayant eu lieu le 23 août, cinq jours avant seulement.

Le 29 août, c'est la wilayat Hama de l'EI, sur le point de disparaître territorialement car encerclée et pressée par le régime syrien, qui publie un montage "classique" de près de 20 minutes montrant ses opérations de février à juillet 2017, en forme de quasi-testament documentaire. Le même jour, la wilayat al-Raqqa met en ligne une vidéo de type "nouveau format" de huit minutes sur une contre-attaque contre le régime syrien le long de l'Euphrate, succès assez net, qui a eu lieu la veille. Le 30 août enfin, c'est la wilayat al-Barakah, une des plus discrètes de l'EI depuis deux ans, qui publie une vidéo "classique" sur ses opérations du début de l'année 2017.

Le résultat de ce changement de stratégie est spectaculaire: en deux mois, le nombre de vidéos de propagande militaire de l'EI par tranche de 15 jours a été multipliée par deux. On passe d'une vidéo militaire pour la première quinzaine de juillet à 9 pour la seconde quinzaine d'août. En combinant ces montages "classiques" de longue durée à d'autres, courts, moins élaborés, pour interagir sur son actualité militaire ou des opérations spectaculaires et couronnées de succès, l'EI réussit à conserve une propagande soutenue. Reste à voir si le groupe arrive à maintenir cette stratégie dans la durée malgré les revers qui s'accumulent.

mantoux8.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

mantoux9.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Illustration: "La poussière de la bataille (2)" est le dernier montage de format court publié par l'EI. Il relate une contre-offensive le long de l'Euphrate face au régime syrien qui a eu lieu... la veille!


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr