Ainsi que contre l'Etat islamique

Syrie: rudes combats à Abou Dali entre les djihadistes d'Hayat Tahrir al-Cham et le régime de Damas

Troupes d'élites d'Hayat Tahrir al-Cham, les inghimasiyyi du groupe djihadiste ont été à la pointe des combats. - ©DR

Encerclé dans la poche d'Idlib au nord-ouest de la Syrie, le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham, grand rival de l'Etat islamique, tente de desserrer la pression sur ses positions et de communiquer sur sa puissance militaire. Matteo Puxton, agrégé d'Histoire, spécialiste des questions de défense et observateur de référence du conflit irako-syrien, présente, en partenariat avec "FranceSoir", des vidéos de propagande du groupe djihadiste qui met en scène ses combats contre l'armée syrienne.

Hayat Tahrir al-Cham (HTC), le groupe djihadiste dominant dans la poche d'Idlib (nord-ouest de la Syrie), est dans une situation complexe. Son emprise est contestée, des dissensions internes existent toujours. Pourtant, alors que la Turquie a fait mouvement dans la province d'Idlib, en évitant cependant d'engager HTC, ce dernier, lui, est à l'offensive au nord de la province de Hama, à l'entrée sud de la province d'Idlib. L'objectif: le secteur autour du village d'Abou Dali, point de contact et d'échanges entre zone rebelle et zone tenue par le régime syrien. Outre l'enjeu financier, Hayat Tahrir al-Cham cherche à montrer qu'il conserve des capacités militaires, alors que Damas est surtout préoccupée par l'opération en cours dans l'Est syrien.

Le 23 septembre, les forces du régime lancent une attaque au nord de la province de Hama, à l'est de Maan, contre les rebelles syriens. Les combats sont particulièrement violents dans le village d'Um Haratayn. Une contre-attaque d'Ahrar al-Cham reprend la localité; des combattants du régime sont capturés. Deux chars du régime sont détruits, dont l'un par HTC. L'aviation russe, qui soutient le régime, bombarde à partir du 25 septembre les villes rebelles de la province d'Idlib, Jisr al-Shougour, et le Jebel Zawiya. En représailles, la 1ère division côtière (groupe rebelle) tire avec un canon M-46 de 130 mm sur les positions du régime dans la province de Lattaquié.

htc-combats-ei-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Vert = rebelles syriens dont Hayat Tahrir al-Cham (foncé). Rouge = régime syrien. Noir = Etat islamique. ©syrialivemap.com

Dans le nord de la province de Hama, le groupe rebelle Jaysh al-Izza (Armée Syrienne Libre) engage un de ses chars T-55, un lance-roquettes multiple RAK-12 et un canon M-46 de 130 mm contre les positions du régime le 26 septembre. Ce même jour, Hayat Tahrir al-Cham lance une opération inghimasi près de Maan qui se solde par la mort d'au moins cinq combattants du régime. Un général de brigade du régime, Dahi "Abou Jaber" Ahmad, est tué.

Une vidéo de l'agence de propagande Ebaa News montre cette opération inghimasi. Les combattants, une section, sont transportés par deux pick-up. Une caméra GoPro est fixée sur l'un d'eux, qui tire au lance-roquettes RPG-7. Un avion d'attaque au sol Su-25 russe survole les djihadistes. L'un des inghimasiyyi tire avec un lance-roquettes RPG-75. Le régime syrien tente quant à lui d'avancer plus à l'ouest sur la ligne de front, au nord de Halfayah, à Zilaqiat, secteur qui n'a pas bougé depuis le mois de mai, le 27 septembre, sans succès. C'est dans la province de Hama qu'est tué le premier Tchétchène de la police militaire mort en Syrie et reconnu, Magomed Terbulatov. Le 28 septembre, Jaysh al-Izza tue encore plusieurs combattants du régime sur le front de Zilaqiat, et repousse une autre attaque le lendemain. L'aviation russe reste très présente et multiplie les frappes sur les rebelles; au moins un hélicoptère d'attaque Mi-28 est engagé.

htc-combats-ei-illustration-2-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Un canon M-46 de 130 mm d'Hayat Tahrir al-Cham en action, le 26 septembre.

htc-combats-ei-illustration-3-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Un char T-55 de Jaysh al-Izza ouvre le feu sur les positions du régime (26 septembre).

Le 6 octobre, Hayat Tahrir al-Cham lance une grande attaque autour d'Abou Dali, précédée par un véhicule kamikaze. Le groupe attaque Mushayrifah, au sud de la localité, et s'empare d'une base de défense antiaérienne et de checkpoints dans le secteur, isolant les défenseurs du village. Une vidéo montre l'assaut d'Hayat Tahrir al-Cham sur Mushayrifah. Deux pick-up Land Cruiser transportent les combattants. Dans l'un d'eux, une dizaine d'hommes sur la plate-forme arrière dont deux au moins transportent, en plus de leurs armes individuelles, des lance-roquettes RPG-75. Les fantassins sont munis de bandeaux bleus à des fins d'identification sur le champ de bataille. L'assaut est soutenu par le feu d'un mitrailleur PK, qui, comme chez l'Etat islamique, porte en plus un fusil d'assaut AK. Un des fantassins utilise son lance-roquettes RPG-75. Les moyens d'appui comprennent également un mortier léger et un lance-grenades RBG-6 de 40 mm. Un technical avec ZU-23 est abandonné par les combattants du régime. Les djihadistes filment trois ou quatre corps de combattants adverses au sol. Cette vidéo utilise un nasheed qui est également présent dans les productions de l'EI.

Le 7 octobre, Hayat Tahrir al-Cham s'empare de Tell Aswad, près de Qahira, au sud-ouest d'Abou Dali. Ce dernier village encerclé est assailli à son tour et capturé le 8 octobre.htc-combats-ei-illustration-4-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

©syrialivemap.com.

Une première vidéo parue dès le 8 octobre montre l'assaut sur Abou Dali. L'opération mobilise un véhicule blindé BMP-1 d'Hayat Tahrir al-Cham qui embarque au moins sept combattants -inghimasiyyi-, dont un avec mitrailleuse PK et un autre avec lance-grenades RBG-6 (chacun pourvu d'un fusil d'assaut individuel en plus), il y a aussi un tireur RPG-7 et son pourvoyeur avec les roquettes. Les fantassins portent toujours des bandeaux bleus d'identification. Un char T-72 est également déployé. Les deux véhicules blindés sont accompagnés de deux motos. Ils foncent vers la principale position défensive du régime qui se situe au sud-est du village. Un VBIED semble exploser sur cette position, mais on distingue juste l'explosion de loin. Cette explosion incendie plusieurs véhicules du régime. Quand le char T-72 arrive aux abords des levées de terre entourant la position, plusieurs dizaines d'hommes du régime s'enfuient. La moto qui suit les véhicules djihadistes se renverse -c'est elle qui embarque l'opérateur média, qui se redresse pour continuer à filmer. L'infanterie embarquée sort du BMP-1 et tire sur les fuyards. Un des fantassins est armé d'un AKS-74U. Une caméra GoPro est montée sur un tireur PK. Un autre tireur PK porte, comme de coutume, un AK supplémentaire. Pendant une séquence de tir du mitrailleur PK avec GoPro, on peut voir un lance-grenades serbe 40mm/6 M11 au sol à côté du combattant voisin. On distingue le deuxième opérateur média; comme chez l'EI, ils évoluent par paire chez HTC. A l'intérieur d'un bâtiment, cinq ou six corps sont filmés, dont plusieurs sont criblés de balles. Une autre vidéo montre un corps supplémentaire à l'extérieur.

L'agence Ebaa News publie une nouvelle vidéo de l'assaut sur Abou Dali le 9 octobre. On peut observer que HTC s'empare, dans le butin, d'un char T-72, d'un BMP-1, de nombreuses caisses de munitions, de technicals abandonnés par le régime. Le véhicule kamikaze utilisé pour ouvrir l'assaut est un BMP-1 détourellé avec plaques de blindage sur les flancs. Des combattants d'HTC venus des îles Maldives auraient participé à l'assaut sur Abou Dali.

htc-combats-ei-illustration-5-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

©Wikimapia.

htc-combats-ei-illustration-6-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

©Wikimapia.

htc-combats-ei-illustration-7-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Les inghimasiyyi d'Hayat Tahrir al-Cham embarquent dans le BMP-1. On note les bandeaux bleus pour l'idenfitication sur le champ de bataille. Le mitrailleur PK, de dos à gauche, porte en plus une AK dans le dos et une caméra GoPro. Le troisième homme à partir de la droite tient dans la main gauche un lance-grenades de 40 mm, sans doute un RBG-6 croate.

Hayat Tahrir al-Cham s'attaque alors au village de Tulaysiyah, où il détruit deux chars dont un avec missile antichar. Le groupe communique beaucoup sur l'opération contre Abou Dali. Cependant, le 9 octobre, des combattants de l'EI venus du sud-est traversent les lignes du régime syrien et viennent mordre sur le territoire contrôlé par Hayat Tahrir al-Cham à 50 km à l'est de la zone tout juste conquise autour d'Abou Dali. L'EI s'empare d'une dizaine de villages. HTC doit donc faire face à cette nouvelle menace et détourne des forces pour réduire cette poche de l'Etat islamique qui se constitue entre son territoire et celui tenu par le régime syrien.

htc-combats-ei-illustration-8-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Hayat Tahrir al-Cham publie le 9 octobre une carte montrant l'incursion de l'Etat islamique, depuis la poche en cours de réduction par le régime syrien, dans son territoire, à 50 km à l'est de la zone conquise autour d'Abou Ali. L'EI a traversé le territoire tenu par le régime syrien.

Hayat Tahrir al-Cham a tout de suite dénoncé la collusion entre le régime syrien et l'Etat islamique. Il est vrai que l'offensive de l'EI arrange la situation du régime en détournant l'offensive de HTC. Toutefois Daech conservait des cellules clandestines dans la province d'Idlib, comme le montre les opérations répétées d'Hayat Tahrir al-Cham contre ces dernières cette année, et les nombreuses attaques kamikazes ou à l'IED commises par l'Etat islamique dans la province d'Idlib contre Hayat Tahrir al-Cham, dont l'une avait d'ailleurs, en juillet, tué deux Français du groupe djihadiste.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr