Polémique

Une ministre autrichienne s'agenouille devant Poutine (vidéo)

Karin Kneissl, cheffe de la diplomatie autrichienne, s'est agenouillée devant Vladimir Poutine. - © Roland SCHLAGER / APA/AFP

Karin Kneissl, ministre autrichienne des Affaires étrangères en s’agenouillant devant le président russe, a créé la polémique en Autriche. Cela même alors que son pays assure la présidence tournante de l'Union européenne.

C'est une révérence qui fait scandale. Karin Kneissl, ministre autrichienne des Affaires étrangères, s'est agenouillé devant Vladimir Poutine au cours de son mariage avec l’homme d’affaires Wolfgang Meilinger, célébré samedi 18 à Gamlitz, dans le sud-est de l’Autriche. Le maître du Kremlin était invité de la cérémonie et s'est même fendu d'un pas de danse avec la mariée.

Dans un vidéo mise en ligne par le site internet de la chaîne de télévision RT (chargée de diffuser l'information par le biais du Kremlin à l'étranger) et devenue virale, on voit la cheffe de la diplomatie autrichienne mettre un genou à terre devant le président russe, visiblement ravi.

L’opposition autrichienne a durement critiqué la présence du locataire du Kremlin à ce mariage, estimant qu’elle portait atteinte au rôle de l’Autriche, qui assure la présidence tournante de l’Union européenne. L'attitude de Karin Kneissel, frisant la déférence, a également été particulièrement décriée par ses détracteurs.

Voir - Poutine appelle l'UE à participer à la reconstruction en Syrie

"Comment la présidence autrichienne de l’UE peut-elle jouer comme elle le prétend un rôle d’intermédiaire honnête (entre les 28 et Moscou) si la ministre des Affaires étrangères et le chancelier se placent aussi clairement d’un côté?", s'est ainsi interrogé Andreas Schieder, ténor des socio-démocrates autrichiens (SPÖ).

Karin Kneissl avait été nommée à la tête de la diplomatie autrichienne par le parti d’extrême droite FPÖ, qui fait partie depuis décembre d’une coalition formée avec l’ÖVP du Premier ministre Sébastian Kurz, autour d’un programme anti-immigration. Elle a notamment estimé en 2015 que l'une des causes des Printemps arabes étaient "ces nombreux jeunes hommes", "contrôlés par la testostérone", "qui n'arrivent plus à avoir une femme" parce qu'ils n'ont ni travail, ni foyer, et ne pouvaient donc pas accéder au "statut d'homme dans une société traditionnelle"...

L'extrême droite autrichienne a d'ailleurs approuvé l'annexion de la Crimée par la Russie, et le FPÖ est partisan de l'abrogation des sanctions européennes liées à l'implication de la Russie dans le conflit ukrainien. Le président russe est régulièrement accusé de chercher à diviser les Vingt-Huit, notamment en cultivant ses liens avec les partis populistes de plusieurs pays européens.

Lire:

Macron propose à Poutine des solutions d'urgence sur le sort d'Oleg Sentsov

Autriche: présence polémique de Poutine au mariage de la chef de la diplomatie

Autriche : il n'agit "pas comme un gay", l'asile refusé à un Afghan


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr