Bataille navale

Affrontements entre pêcheurs français et britanniques autour de la Saint-Jacques (vidéo)

Un navire britannique a violemment éperonné un petit chalutier français. - ©Capture d'écran YouTube France 3 Régions

Un violent affrontent a opposé mardi en baie de Seine des pêcheurs français et britanniques. S'il y n'y a pas eu de blessés trois bateaux ont été endommagés notamment après qu'un chalutier britannique a violemment éperonné un petit navire français.

Les images de la confrontation entre pêcheurs français et britanniques sont impressionnantes et heureusement, elle n'a pas occasionné des blessés. Une violente altercation, aux airs de bataille navale, a eu lieu mardi 28 au matin au large de la Baie de Seine, à plus de 12 miles nautiques des côtes françaises. Elle a opposé une flottille de 40 navires normands à cinq gros bateaux de pêche britanniques sur fond de pêche à la Saint-Jacques.

Soumis à des quotas et heure de pêches réglementées, les pêcheurs français reprochent à leurs homologues d'outre-Manche, non soumis à ces réglementation, de piller les ressources en coquilles Saint-Jacques et de ne leur laisser que des miettes. Les premiers ont donc pris la mer pour tenter de s'opposer à la campagne de pêche des seconds. Et l'opposition a rapidement dégénéré en affrontement. Jets de pierres et de fusées de détresse, insultes, invectives, manœuvres dangereuses...

Un navire britannique (dont le port d'attache se situe à Peterhead en Ecosse) a même percuté volontairement avec une grande violence un petit chalutier français qui a eu beaucoup de chance. L'arrivée des vedettes de la gendarmerie maritime a permis de mettre fin à l'affrontement. Elles ont escorté hors de la zone les navires britanniques après les avoir contrôlés. Trois embarcations sont endommagées, présentant des trous dans leur coque.

Les Normands se plaignent de concurrence déloyale dans les eaux internationales. En effet, les pêcheurs battant pavillon tricolore n'ont pas le droit de pêcher la coquille avant le 1er octobre. Une restriction qui ne touche pas les pêcheurs britanniques.

"Pour les Britanniques, c'est open bar: ils pêchent quand ils veulent, où ils veulent et autant qu'ils veulent. On ne veut pas les empêcher de pêcher. Mais qu'ils attendent au moins le 1er octobre pour qu'on partage ça ensemble!", a dénoncé Dimitri Rogoff, président du comité régional des pêches de Normandie auprès du Figaro. Plus de 70 navires irlandais et britanniques, dont de gros bateaux industriels, pêcheraient la Saint-Jacques au large des eaux territoriales françaises. Du côté français selon le comité régional des pêches, près de 300 bateaux de Normandie et des Hauts-de-France, bien plus petits que leurs homologues anglo-saxons, sont concernés, permettant de faire vivre quelque 1.200 familles.

Lire aussi:

Action de pêcheurs à Boulogne-sur-mer pour protester contre la pêche électrique

Les pêcheurs rassemblés à Sète, au chevet d'une Méditerranée en péril

Royaume-Uni: manifestation de pêcheurs, inquiets de l'après-Brexit


Voir la version optimisée mobile de cet article