Mariage de géants

EDF prend le contrôle de la filière nucléaire d'Areva

EDF va racheter Areva NP pour 2,7 milliards d'euros. - Flickr/Creative Commons

EDF et Areva ont officialisé ce jeudi un accord de rapprochement visant à reconcentrer la filière nucléaire, hors extraction et retraitement, dans les mains de l'entreprise publique d'électricité. Areva NP tombe ainsi dans l'escarcelle d'EDF, comme le souhaitait François Hollande.

Ce n'était plus un secret pour personne, c'est désormais officiel. Les deux géants de l'énergie français Areva et EDF ont officialisé ce jeudi un protocole d'accord prévoyant la prise de contrôle d'Areva NP par l'entreprise publique d'électricité.

Le rachat de cette filiale spécialisée dans l'ingénierie nucléaire (NP signifie " Nuclear power ", soit "énergie nucléaire"), qui n'est autre que l'ex-Framatome, devrait être valorisé autour de 2,7 milliards d'euros,  dont 2 viendront renflouer les caisses d'Areva en grande difficulté financière. EDF devrait ainsi acquérir entre 51% et 75% du capital d'Areva NP, en fonction de la présence ou non d'autres partenaires, tandis que la maison mère conserverait 25% des parts.

Scellé depuis que François Hollande a souhaité un rapprochement des deux entités, arbitré en faveur d'EDF, pour sortir la filière nucléaire de l'ornière financière, la vente d'Areva NP revient à démanteler la société dans son ensemble. En effet, la filiale regroupe notamment la construction des réacteurs nucléaires et l’assemblage des combustibles et représente une large part du chiffre d'affaires. Ne devrait ainsi plus rester dans le giron d'Areva que les activités d'extraction d'uranium, de transport de combustible et de retraitement, soit presque le périmètre de l'ex-Cogema.

EDF, ressort ainsi grand vainqueur de ce rapprochement. L'entreprise publique concentrerait ainsi désormais les activités d'exploitation et de construction des centrales, ainsi que de fabrication de combustible. Selon Le Figaro, Bernard Fontana, ancien patron du cimentier suisse Holcim, aurait été choisi conjointement par EDF et Areva pour prendre la tête d'Areva NP.

Si les négociations supervisées par l'Etat ont aboutit au protocole d'accord officialisé ce jeudi, EDF ne devrait formuler une offre ferme qu'en octobre ou novembre prochain, après avoir examiné les comptes d'Areva NP. La mise en œuvre concrète de l'opération ne devrait ainsi être finalisée qu'au cours du second semestre 2016. En parallèle, Areva devrait lancer en septembre un augmentation de capital de sept milliards d'euros pour se remettre à flot et poursuivra son plan de restructuration qui pourrait se traduire par 6.000 suppressions d'emplois, dont 3.000 à 4.000 en France, pour économiser encore un milliard d'euros.

 


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr