Jouer sur la monnaie

La Chine dévalue le yuan pour la deuxième fois en deux jours

La Chine envisagerait de tenir davantage compte des marchés pour fixer la valeur de sa monnaie. - ©Jason Lee/Reuters

La Chine a dévalué pour la deuxième fois en deux jours le cours de sa monnaie ce mercredi. Un événement dans le monde des échanges internationaux qui pourrait préfigurer l'arrivée du yuan comme monnaie de référence.

Personne ne l'avait vu venir. La Chine a dévalué sa monnaie ce mercredi 12 pour la deuxième journée consécutive. Le yuan, ou renminbi, a ainsi perdu 3,5% de sa valeur en Chine et environ 4,8% sur les marchés mondiaux. Il atteint donc ce mercredi une valeur de 6,43 yuans pour un dollar. Son taux le plus bas depuis quatre ans.

Alors que la valeur du dollar et de l'euro, par exemple, s'établissent librement en fonction des marchés, en Chine c'est la banque centrale qui fixe chaque matin la valeur du yuan. Et celle-ci ne peut fluctuer de plus de 2% par jour. Un système qui permet à Pékin de pouvoir adapter la valeur de sa monnaie à la situation, mais qui empêche le yuan d'être reconnu comme une monnaie de référence par le Fonds monétaire international au même titre que l'euro, le dollar, le yen ou la livre sterling.

La décision de la banque centrale chinoise intervient alors qu'elle misait depuis quelque temps sur une monnaie forte, ce qui permet d'augmenter le pouvoir d'achat des Chinois. Mais en contrepartie, cela nuit aux exportations. Or les exportations, point fort de la Chine depuis des années, ont subi un recul 8,3% en juillet. Il semblerait donc que Pékin accepte désormais de dévaluer sa monnaie pour faire face à ce problème, alors que même les entreprises chinoises commencent à délocaliser en Asie du Sud-Est pour économiser sur la main-d'œuvre.

La première baisse avait été saluée mardi 11 par le FMI qui y voit "une étape positive qui permettra aux forces du marché de jouer un plus grand rôle pour déterminer le taux de change". L'organisme envisage en effet d'intégrer le yuan dans les monnaies de référence internationales. Pékin a également annoncé tenir désormais davantage compte des marchés pour fixer sa monnaie.

Cependant, et même si la Chine refuse d'envisager une dépréciation "soutenue" du yuan, les bourses ont mal réagi à cette opération avec notamment un recul de Wall Street et des autres monnaies asiatiques.

 


Voir la version optimisée mobile de cet article