L'épargne préférée des Français

Livret A: la nouvelle réforme approche

La nouvelle réforme devrait être présentée mercredi 9 novembre au Comité consultatif de la législation et de la réglementation financières. - ©Denis Charlet/AFP

La réforme du Livret A ne va pas tarder à être effective, révèle ce mardi le journal "Le Monde". Le ministère de l'Économie et des Finances et la Banque de France désirent revenir sur la méthode de calcul du livret d'épargne.

Le Banque de France et le ministère de l'Économie et des Finances travaillent actuellement sur la réforme du mode de calcul du taux de Livret A peut-on lire ce mardi 8 dans Le Monde. Cette épargne qui reste la préférée des Français pourrait bien devenir moins fructueuse. Mais des informations révélées par Mediapart puis par Les Echos dans le courant de la première semaine du mois de novembre apportent des précisions sur cette réforme.

Selon des informations dévoilées par le journal Le Monde, l'arrêt qui organise cette réforme sera présentée mercredi 9, au Comité consultatif de la législation et de la réglementation financières, pour avis. Pour le moment, le taux du Livret A est calculé selon une formule qui mélange la dernière mesure du chiffre de l'augmentation des prix à la consommation avec les taux relevés sur le marché monétaire. Mais la prochaine réforme qui sera proposée se différencie de ce calcul initial. En effet, le nouveau taux serait stabilisé, tout en se jumelant à la nouvelle donne économique issue de la crise de 2008.

Philippe Crevel, économiste et représentant le Cercle des épargnants, a éclairci cette modification: "si le gouvernement lance cette nouvelle piste, c'est parce que le Livret A coûte cher aujourd'hui. A 0,75% pour un produit totalement liquide, on est très loin du taux du marché monétaire à moins 0,2237. Il est clair qu'il y a une pression (...) pour dénoncer un taux de livret trop élevé".

Philippe Crevel a également tenu à apporter des précisions sur le site de La Dépêche par rapport à la moyenne des taux et leur rentabilité pour celui qui épargne: "quoi qu'on dise, il rapporte plus que par le passé. On oublie que pendant de nombreuses années, le taux d'inflation s'est révélé supérieur au taux de rendement du livret. Il importe maintenant de trouver la formule qui garantit le financement du logement social et assure un rendement suffisant à celui qui fait l'effort d'épargner".

Un autre point est évoqué par les deux organismes en charge de cette nouvelle réforme. Une mesure sera disponible si l'écart entre les taux du marché et le nouveau taux du Livret A est trop important. Si ce cas de figure ce présente, c'est alors l'inflation qui servira de référence afin de fixer le taux et permettre aux épargnants d'avoir une rémunération minimale égale au niveau de l'inflation.

Pourtant d'ancien ponte de la Banque de France, comme Christian Noyer qui en était le gouverneur, pensaient que 0,75% était l'équilibre parfait pour cette épargne.

 


Voir la version optimisée mobile de cet article