Marchés financiers

Référendum grec: les bourses ont ouvert à la baisse

Les bourses européennes ont ouvert à la baisse lundi matin. - ©Ralph Orlowski/Reuters

Alors que dimanche 5 les Grecs ont rejeté à plus de 60% les propositions de réformes des créanciers de leur pays, les bourses mondiales ont exprimé leurs inquiétudes en ouvrant en baisse lundi matin.

Les bourses européennes ont ouvert à la baisse lundi matin, au lendemain du "non" au référendum grec.

L'indice Dax de la bourse de Francfort cédait ainsi 2,11% à l'ouverture par rapport à sa valeur de clôture vendredi. La bourse de Milan suivait elle aussi la tendance et  perdait 2,25%. La bourse de Londres n'était en baisse que de 1,07%.

A Paris, le CAC-40 lui aussi chutait et accusait une baisse de 2,20% à l’ouverture. Les valeurs les plus impactées étaient les valeurs bancaires comme BNP Paribas (qui reculait peu après 11h de 3,17%) ou encore la Société générale avec (moins 2,94%). 

Ces baisses des bourses européennes ont cependant été tempérées par l’annonce de la démission du ministre des Finances grec,Yanis Varoufakis, peu aimé par l’Eurogroupe.

Les bourses européennes avaient anticipé ces résultats avec des clôtures vendredi 3 juillet à tendances ascendantes. Ce que n’a pas pu faire la bourse de New York, qui était fermée vendredi en raison de la fête nationale américaine samedi 4 juillet. Son ouverture ce lundi à 15h30 (heure française) était donc très attendue.

Dès dimanche soir et l’annonce des premiers résultats au référendum grec, la bourse de Tokyo, alors ouverte, avait également réagi à la baisse et son indice phare, le Nikkei-225, avait chuté de 2,6%  dans la nuit pour clôturer ce lundi matin (à 7h, heure de Paris) à  moins 2,08%.

Ce lundi 6 juillet au soir, Angela Merkel et François Hollande doivent se rencontrer pour essayer d’apporter une réponse à ce rejet grec, en prévision du sommet de la zone euro mardi 7 à Bruxelles convoqué par le président du Conseil européen Donald Tusk.

 


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr