Scandale à rallonge

Volkswagen: de nouvelles accusations aux Etats-Unis

Le scandale des moteurs truqués s'étendrait aux véhicules haut de gamme du groupe Volkswagen. - ©Reuters

Les Etats-Unis affirment que des tests ont révélé que le scandale des moteurs truqués par Volkswagen s'étendait à d'autres marques et modèles du groupe. L'allégation a été démentie par le constructeur, bien que les autorités américaines soutiennent avoir des preuves.

Le scandale des moteurs truqués sur les véhicules du groupe Volkswagen pourrait prendre encore de l'ampleur. Selon les autorités américaines, le logiciel visant à détecter et tronquer les contrôles antipollution aurait été installé sur davantage de véhicules que ce que le constructeur a avoué.

Volkswagen a en effet reconnu que ce système a été installé sur environ 11 millions de véhicules de marque Volkswagen, Seat et Skoda de moyenne gamme, équipés de moteur diesel de deux litres de cylindrée.

Mais l'Agence de protection de l'environnement (EPA) affirme que des test menés sur d'autres marques et modèles du groupe ont révélé que ce logiciel avait également été installé sur des véhicules haut de gamme Porsche et Audi équipés de moteurs V6 de trois litres de cylindrée.

Le groupe Volkswagen a démenti ces affirmations, se disant tout de même disposé à coopérer avec les autorités américaines. L'EPA affirme pourtant avoir "des preuves flagrantes des violations" qui concerneraient au moins 10.000 nouveaux véhicules. Selon l'agence fédérale américaine, les moteurs testés rejettent jusqu'à neuf fois plus d'oxyde d'azote dans l'air que l'autorisent les normes américaines. Un gaz jugé responsable de graves affections respiratoires.

Volkswagen "a encore manqué à ses obligations de se conformer aux lois qui protègent la qualité de l'air que respirent les Américains", a déclaré Cynthia Giles, responsable de l'EPA.

Le groupe reste aux Etats-Unis sous le coup d'une amende qui pourrait atteindre 18 milliards de dollars (16,3 milliards d'euros). Le scandale a déjà coûté son siège au président de Volkswagen et des pertes abyssales en bourse au groupe.

 

 


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr