Les agriculteurs restent mobilisés

Crise agricole: troisième jour de blocage de plateformes dans l'Ain

"On ne peut plus travailler dans ces conditions. Il y a aussi tout l'aspect social et environnemental, on a des contraintes supérieures à nos collègues européens", dénonce Pascal Giron, président de la FDSEA du Rhône (photo d'illustration). - ©Vincent Kessler/Reuters

Les agriculteurs poursuivent leur mouvement dans l'Ain, où ils bloquent plusieurs plateformes logistiques de la grande distribution. "Nous sommes des gens déterminés, on veut des annonces concrètes, vivre de notre métier", a déclaré un cadre de la FDSEA.

Plusieurs dizaines d'agriculteurs restaient très mobilisés ce mardi 16 dans l'Ain, à l'appel de la FDSEA et des JA, pour réclamer des rémunérations décentes et des prix justes, en bloquant plusieurs plateformes de la grande distribution, selon des sources concordantes.

Ils poursuivaient le blocage de trois plateformes logistiques de la grande distribution, afin d'empêcher l'approvisionnement des grandes surfaces: celle de Carrefour à Saint-Vulbas, d'Intermarché à Miribel, et la plateforme Système U à Saint-Just, selon la gendarmerie.

Ils étaient une trentaine à Saint-Just, avec six tracteurs et cinq remorques, une quinzaine à Saint-Vulbas, avec quatre tracteurs et quatre remorques, et 50, équipés de trois tracteurs, à Miribel, où ils enflammaient des palettes.

Dans la nuit de lundi 15 à ce mardi, ces agriculteurs s'en sont également pris à des sociétés de transports en déversant du fumier et des pneus devant la société de transport Stef à Replonges, ou à Laiz (Ain), sur une plateforme de Carrefour. Vers 1h30 du matin de ce mardi, ils ont déversé du fumier devant la société Pedretti à Lagnieu, avant de quitter le site.

"Nous sommes des gens déterminés, on veut des annonces concrètes, vivre de notre métier. On sait qu'il y a un contexte international et nos responsables politiques ont décidé de jouer dans la cour du libéralisme, il faut qu'ils remettent des mesures en place comme la préférence de produits locaux", a déclaré à l'AFP Pascal Giron, président de la FDSEA du Rhône, qui a rencontré dans la matinée des responsables d'Intermarché dans l'Ain.

"On ne peut plus travailler dans ces conditions. Il y a aussi tout l'aspect social et environnemental, on a des contraintes supérieures à nos collègues européens, on demande à ce qu'on n'ait pas plus de contraintes qu'eux", a-t-il ajouté.

Selon Michel Joux, président de la FRSEA Auvergne Rhône-Alpes, un autre blocage a par ailleurs démarré lundi soir, en Isère, sur la plateforme Leclerc à Saint-Quentin-Fallavier (Isère).

"Ils sont aussi en train de voir s'ils vont bloquer la plateforme Carrefour à Mâcon" (Saône-et-Loire) "car Carrefour déplace ses activités à Mâcon. On joue au chat et à la souris" a dit M. Joux.

Par ailleurs, des agriculteurs bloquaient également deux plateformes à Moulins (Allier).

 


Voir la version optimisée mobile de cet article