Oups

Elle perd son stage à la Nasa après avoir insulté un haut dirigeant sur Twitter

La jeune Naomi a perdu son stage après avoir insulté un haut cadre qui supervise la Nasa. - © Bill INGALLS / NASA/AFP

Une jeune femme a eu la chance de décrocher un stage à la Nasa au Etats-Unis. Elle a fait part de sa joie sur Twitter en employant des termes grossiers. Un internaute le lui a fait remarquer avant qu'elle l'insulte la semaine dernière. Pas de chance, c'était un haut dirigeant de la Nasa. Elle a perdu son stage.

C'est une erreur qui lui a coûté cher. Une internaute de Twitter, une certaine Naomi, a laissé éclater sa joie lundi 20 après avoir appris qu'elle était prise en stage au sein de la Nasa, aux Etats-Unis.

La jeune femme a tweeté: "Fermez tous vos g******, je viens d'être acceptée en stage à la Nasa". Son langage, peu châtié, faisant montre d'une joie immense. Mais il n'a pas plu à tout le monde.

Ainsi un certain Homer Hickam a répondu à sa publication en lui demandant de faire attention aux mots qu'elle utilisait.

A voir aussi: Un astéroïde "potentiellement dangereux" va frôler la Terre mercredi

Mais la jeune femme, visiblement loin de se douter de l'identité de son interlocuteur, lui a répondu sur le même ton. "Suce ma b*** et mes c******* je travaille à la Nasa". Pas de chance pour elle, Homer Hickam aussi.

"Et je suis au Conseil national de l'espace qui supervise la Nasa", lui a-t-il fait savoir.

Une grosse bourde qui lui a coûté son stage selon le site américain BuzzFeed. Des captures d'écran de la conversation ont été relayées des centaines de fois sur Twitter, les tweets originaux ayant été rapidement retirés.

Homer Hickam a assuré qu'il n'était pour rien dans l'éviction de la jeune Naomi qui se décrit maintenant comme une "ancienne stagiaire de la Nasa", alors qu'elle n'a finalement jamais mis un pied là-bas.

A lire aussi:

Collégiens et lycéens pourront faire un stage d'une journée pendant le temps scolaire

Lancement réussi de la sonde solaire Parker de la Nasa

Sonde InSight: la Nasa repart vers Mars pour décrypter la formation des planètes rocheuses


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr