Journée noire

Grèves du 26 janvier: de grosses perturbations à prévoir

De nombreuses manifestations sont prévus mardi 26 janvier à travers la France. - ©Christian Hartmann/Reuters

Plusieurs appels à la grève ont été lancés pour la journée de mardi. Fonctionnaires, professeurs, taxis... Tour d'horizon des raisons de la protestation et des perturbations à prévoir.

Bouchons, écoles fermées, perturbations dans les aéroports... La journée du mardi 26 janvier promet d'être noire pour de nombreux Français. Et pour cause, à l'appel de différents syndicats, fonctionnaires, professeurs et chauffeurs de taxi ont décidé de se mettre en grève le même jour, tout comme les contrôleurs aériens.

Les premiers à avoir appelé à une journée de mobilisation sont les enseignants de primaires qui demandent une revalorisation salariale. Les professeurs de collèges et de lycées leur ont emboités le pas. Si aucun chiffre n'a encore été communiqué par les syndicats ou l'Education nationale, il apparaît que la mobilisation s'annonce importante et que de nombreux établissements scolaires pourraient donc être fermés. Près de 80 manifestations sont prévus dans toute la France à l'appel de l'intersyndicale Snes-FSU, Snep, Snalc, FO, Sud et CGT, contre la réforme du collège.

Plus généralement, ce sont les fonctionnaires, et pas seulement les professeurs, qui entendent dénoncer le gel, depuis juillet 2010, du point d'indice servant à calculer leur salaire de base. Ils affirment avoir perdu, "compte tenu de l'inflation, 8 % de leur pouvoir d'achat", selon FO. Plusieurs manifestations sont prévues en région et à Paris. Le secteur le plus touché par cette mobilisation sera celui de la Sécurité sociale et les hôpitaux parisiens. En Aquitaine et en Poitou-Charentes, plusieurs syndicats ont appelé les employés de la SNCF à faire grève.

La direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé ce matin aux compagnies d'annuler 20% de leurs vols prévus mardi en raison de l'appel à la grève des deux premiers syndicats de contrôleurs aériens. Des "perturbations sont attendues sur l'ensemble du territoire", prévient dans un communiqué la DGAC en invitant les passagers à s'informer auprès de chaque compagnie des plannings précis de vols. De l'ordre de "40 à 50%" des vols seront touchés, pronostique un porte-parole du syndicat SNCTA (49,8% des voix parmi les 4.000 aiguilleurs du ciel). 

De leur côté, les taxis protesteront à nouveau contre la concurrence des Véhicules de Transport avec Chauffeur (VTC). Des milliers de chauffeurs de taxi sont appelés à se mobiliser à partir de mardi dans toute la France. Ce mouvement pourrait se traduire par d'importantes perturbations, en particulier autour des aéroports parisiens de Roissy et Orly. À Paris même, les rendez-vous sont fixés porte Maillot et près du ministère de l'Économie et des Finances. Cette grève "risque d'être fortement suivie et très dure", avait prévenu mercredi 20 Serge Metz, PDG de Taxis G7.

 


Voir la version optimisée mobile de cet article