Autorisation de travail

Rungis: la CGT occupe le centre administratif du marché et demande la régularisation des travailleurs sans-papiers

Des "vérifications administratives" ont été entamées par la préfecture pour vérifier la situation des salariés clandestins concernés. - ©Philippe Lopez/ AFP

Au marché international de Rungis, la CGT du Val-de-Marne s'est réunie avec une centaine de clandestins pour demander la régularisation de salariés sans-papiers qui travaillent sur place.

"On bosse ici, on vit ici, on reste ici", depuis 6h du matin les grévistes de la CGT du Val-de-Marne et des travailleurs sans-papiers occupent la tour Semmaris, centre administratif et de sécurité du marché d'intérêt national (MIN) de Rungis. Ils sont "environ 80 sans-papiers et 30 à 40 responsables de la CGT" selon une source policière à être rassemblés ce jeudi 16. Ils demandent la régularisation de 105 salariés clandestins travaillants au marché international de Rungis.

"On ne bougera pas sans avoir eu les documents employeurs nécessaires à la régularisation, mais également le récépissé préfectoral avec autorisation de travail pendant trois mois, qui ouvre la voie vers une carte de séjour d'un an", a déclaré à l'AFP Benjamin Amar, de la CGT départementale.

En réalité, les sans-papiers travaillent illégalement au marché de Rungis "depuis des années" et sont bien plus nombreux que ceux présents à cette manifestation. Le site Internet de la société gestionnaire Semmaris indique qu'environ 12.000 personnes employées par 2.000 entreprises travaillent au marché de Rungis.

Le directeur de cabinet de la préfecture et une délégation syndicale se sont rencontrés sur place. Selon l'AFP, des "vérifications administratives" ont été entamées par la préfecture pour vérifier la situation des salariés clandestins concernés. Ces derniers travaillent dans des secteurs comme la manutention, le nettoyage ou l'agroalimentaire et sont employés par des agences d'intérim et des entreprises installées à Rungis.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr