La réalité en face

L'agonie d'un ours polaire alerte sur le réchauffement climatique (vidéo)

L'agonie de cet ours polaire montre les conséquences du réchauffement climatique. - ©Capture d'écran/National Geographic

La vidéo d'un ours blanc en train de mourir de faim, tournée au Canada, a été diffusée par le "National géographic". Son auteur explique avoir ainsi voulu présenter la réalité des conséquences du réchauffement climatique. La fonte des glaces privent en effet ces animaux de leur source de nourriture.

Ce maigre ours polaire n'a plus rien de majestueux ou de fascinant du prédateur pesant parfois plus de 500 kilos. L'animal décharné au pas hésitant est sur le point de mourir de faim.

Ce triste spectacle a été immortalisé par le photographe du National Geographic Paul Nicklen et une équipe de tournage de l'organisme de protection des océans Sea Legacy. Ils ont décidé de le diffuser afin de montrer de manière explicite ce que signifie la fonte des glaces et la disparition progressive d'une espèce.

Sur le même sujet: Climat - un rapport de l'administration Trump admet la réalité du réchauffement

"C'est à ça que ressemble le changement climatique", peut-on lire comme premier commentaire de la vidéo. L'ours polaire, filmé sur l'île de baffin -territoire du Canada proche du Groenland-,  tient difficilement debout. Après avoir tenté de trouver quelques chose à manger dans les vestiges d'un camp de pêcheurs inuits, il finit par s'écrouler. "Il n'a probablement plus que quelques heures à vivre", peut-on également lire.

Comme le rappel la vidéo, les phoques constituent la première et principale source de nourriture de l'ours blanc. Une proie qu'il ne peut chasser que sur la banquise et qui se raréfie donc avec la fonte des glaces. De plus, les ours blancs restent parfois des mois sans manger, une mauvaise saison de chasse peut donc avoir de terribles conséquences pour eux.

Lire aussi: Climat - seulement 5% de chances de limiter le réchauffement à 2°C

"Nous sommes rester là à filmer en pleurant", a raconté Paul Nicklen qui explique que "bien sûr l'idée d'intervenir (lui) a traversé l'esprit". "Mais ce n'est pas comme si je me promenais avec un fusil tranquillisant ou 200 kilos de viande de phoque".

Par ailleurs, il est interdit au Canada de nourrir ces animaux qui s'approchent déjà parfois dangereusement des hommes pour trouver de quoi manger. Le nourrir n'aurait de toute manière selon le photographe fait que prolonger les souffrances d'un animal dont l'habitat est peu à peu détruit.  

Selon le WWF, les ours polaires passeraient de moins en moins de temps à chasser sur la banquise et montreraient de plus en plus de signes de malnutrition.

Leur population est estimée à environ 20.000 à 25.000 individus. L'espèce est classée "vulnérable" sur la liste rouge de l'IUCN (source) . Viennent ensuite les étapes "en danger" puis "en danger critique", "éteint à l'état sauvage" et enfin "éteint".


Voir la version optimisée mobile de cet article