Subvention

Vélo électrique: le gouvernement annonce finalement une nouvelle aide à l'achat pour 2018

Le secteur du vélo électrique sera toujours soutenu par une aide publique de l'Etat en 2018. - © Nicolas ASFOURI / AFP/Archives

Quelques jours après l'annonce d'un décret dans le projet de loi de finances mettant fin le 31 janvier 2018 à l'aide pour l'achat d'un vélo à assistance électrique, le gouvernement annonce la création d'un nouveau dispositif. Ses modalités exactes ne sont pas encore connues.

C'est ce que l'on peut appeler, presque sans jeu de mot, un "rétropédalage". Le gouvernement a annoncé vouloir revenir sur le décret du projet de loi de finances, dévoilé fin septembre, qui annonçait la fin de la prime au vélo à assistance électrique au 31 janvier 2018. Cette aide, lancée le 1er mars, permettait de couvrir 20% de l'achat d'un vélo électrique (avec un plafond à 200 euros). La volonté de mettre fin à ce coup de pouce (tout en sachant que les municipalités pouvaient, elles, continuer à subventionner les achats de ces vélos) a déclenché la colère des professionnels du vélo qui estimaient que cette aide a permis de générer 20.000 demandes par mois.

La ministre des Transports Elisabeth Borne a donc annoncé ce mardi 10 qu'un "nouveau dispositif de soutien" va être mis en place à partir du 1er février. "Le gouvernement, et moi en particulier, sommes attachés au soutien aux mobilités actives, et le débat qui s'ouvre dans le cadre des Assises doit permettre d'imaginer un nouveau dispositif de soutien", a assuré Elisabeth Borne lors d'un discours tenu à l'occasion des Rencontres nationales du transport public à Marseille. "Je souhaite que nous puissions mettre en œuvre des nouveaux outils simples et efficaces dès 2018", a-t-elle précisé.

Rien ne garantit cependant la nature de la nouvelle aide et surtout son montant. Et rien n'indique que le nouveau dispositif corrigera le principal inconvénient du précédent: le fait qu'il bénéficiait surotut aux profils les plus aisés. Une étude du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) montrait en effet que le profil des demandeurs de l'offre était plutôt celui de retraités ou de personnes de plus de 55 ans achetant un vélo d'un montant moyen de 1.749 euros. La majorité d'entre eux possèdent en outre une voiture et se servent du vélo non pas pour des déplacements quotidiens mais plutôt pour leurs loisirs.     


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr