Violence

Albertville: un arbitre de pétanque roué de coups par un joueur

Le joueur a violemment frappé l'arbitre. - ©Wikimedia Commons

Jeudi, un joueur de pétanque a violemment frappé un arbitre qui l'avait sanctionné lors d'une partie. L'officiel a dû être transporté à l'hôpital.

C'est un sport peu coutumier de débordements. Une violente agression a pourtant émaillé un tournoi qui se déroulait à Albertville en Savoie: un arbitre de pétanque a été roué de coups par un participant mécontent de ses décisions d'arbitrage.

Les faits se déroulent jeudi 6 lors d'un événement réunissant des joueurs de la catégorie "vétérans" (âgés de plus de 60 ans). Un participant s'énerve contre l'arbitre le matin de la compétition pour avoir reçu un carton jaune puis rouge comme le précise France bleu Pays de Savoie. Le joueur est en effet sorti du cercle de tir au moment de jouer, une erreur sanctionnable pour ce sport.

La tension monte et le joueur dérape au retour des vestiaires à midi: il se dirige vers l'arbitre, le frappe d'un coup de poing le faisant tomber au sol, puis le roue de coups de pied. Il est finalement maîtrisé par d'autres joueurs.

L'arbitre, resté inanimé dans un premier temps suite à cette attaque, a été transporté à l'hôpital d'Albertville par les pompiers.

Voir aussi - Aveyron: le maire interdit la pétanque de nuit à cause des incivilités

Le joueur, lui, membre du club de La Boule du château de Chambéry, devrait sans surprise être exclu du comité de Savoie. Il s'expose également à des poursuites judiciaires, l'arbitre souhaitant déposer plainte.

C'est le deuxième fait divers en quelques semaines qui touche le monde de la pétanque. Le 31 juillet dernier, le maire de Decazeville dans l'Aveyron a interdit par arrêté les "jeux de boules" la nuit du fait des nuisances et des comportements parfois violents générés par de "certains individus".

Lire aussi:

Un homme tué par l'explosion d'une boule de pétanque laissée dans un barbecue

Madagascar, la nouvelle nation reine de la pétanque


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr