Appel à la prudence

Avalanches: après un week-end meurtrier, le niveau de risque toujours important

Le risque d'avalanche restait important ce lundi après un week-end meurtrier. - © JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Les avalanches ont tué à plusieurs reprises depuis vendredi dans les Alpes et les Pyrénées. Au moins huit personnes ont perdu la vie et les chances d'en retrouver trois autres portées disparues depuis dimanche apparaissent très faibles. Le niveau de vigilance avalanche atteignait encore 4 sur 5 par endroits ce lundi.

Au moins huit personnes ont trouvé la mort dans des avalanches entre vendredi 2 et dimanche 4 en France. Un week-end particulièrement meurtrier qui suscite un nouvel appel à la prudence de la part des autorités, alors que les vacances d'hiver sont toujours en cours pour la zone B.

Ce lundi 5 au matin, les risques de coulées de neige restaient importants. Dans les Alpes du Nord, Météo France l'a établi à 3/5 au-delà de 1.800 ou 1.900 mètres selon les stations. Il monte à 4 sur 5 à la Haute Maurienne de même que dans les Alpes du Sud.

En Corse et dans les Pyrénées, le risque est de 3 sur 5 en haute montagne et de 2 sur 5 à des hauteurs plus modérées.

Vendredi, six randonneurs à ski dont un guide ont été emportés près d'Entraunes par deux avalanches successives. Quatre personnes ont été tuées. Cette randonnée à ski avait été entreprise alors que le danger d'avalanche était de 4 sur une échelle de 5 à la suite d'importantes chutes de neige suivies d'une phase de redoux.

Voir: Avalanche d'Entraunes: le guide remis en liberté

Un drame similaire s'est produit samedi 3 sur la commune d'Aragnouet (Hautes-Pyrénées). Une coulée a entraîné cinq randonneurs hors piste dont un guide. Trois d'entre eux ont pu s'extraire de la neige mais deux n'ont pas survécu.

Dimanche 4, quatre avalanches ont eu lieu dans les Alpes. Deux skieurs ont été tués, deux autres ainsi qu'un randonneur étaient toujours portés disparus ce lundi matin. Les chances qu'ils aient survécu apparaissent bien maigres. Le triste bilan pourrait donc rapidement passer à 11 victimes en trois jours.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr