Suspects recherchés

Besançon: de nombreuses agressions homophobes dans un parc

La police a ouvert une enquête pour tenter de retrouver le groupe de suspects. - © GERARD JULIEN / AFP/Archives

Les autorités ont relevé pas moins de cinq agressions homophobes entre le mois de juillet et ce début septembre dans un parc proche du centre-ville de Besançon. Ces actes de violences auraient été perpétrés par un groupe de trois à dix individus qui sont toujours recherchés.

Entre juillet et ce début du mois de septembre, pas moins de huit agressions ont eu lieu dans un même parc proche du centre-ville de Besançon. Parmi ces actes violents, cinq revêtaient un caractère homophobe selon les forces de l'ordre.

Les agressions ont toutes été commises à la nuit tombée dans le parc Micaud selon des sources policières. Elles ont évidement provoqué une vague d'inquiétude au sein de la communauté LGBT de la ville.

"De très violentes agressions à caractère homophobe ont lieu la nuit au parc Micaud, informez vos amis habitués de ce lieu de rencontre", a ainsi fait savoir l'association Nouvel Esprit LGBTA sur son compte Facebook mardi 4.

A voir aussi: Des violences homophobes pendant la braderie de Lille?

La publication de l'association de Franche-Comté a été depuis partagée plus de 300 fois.

"Ces agressions violentes ont été perpétrées par un groupe de 3 à 10 individus", a fait savoir le commissaire Charly Kmyta, le chef de la sûreté départementale de la police de Besançon, à L'Est Républicain.

Les suspectes seraient "tous adolescents ou de jeunes adultes", leur signalement a été transmis à la police par les victimes mais ils n'ont pas encore été retrouvés.

Le parc Micaud est un lieu de rencontre de la communauté LGBT locale bien connu de tous. Les agresseurs cibleraient donc particulièrement cette communauté, et avec violence. "Les victimes souffrent de multiples contusions et même de bras cassés", a ainsi indiqué Charly Kmyta qui a ajouté que certaines victimes avaient affirmé "avoir été insultées et interpellées sur leur homosexualité".

Une enquête pour violences grave est donc ouverte depuis le début du mois de juillet. Elle est toujours en cours et les forces de l'ordre tentent d'identifier les agresseurs.

A lire aussi:

Homosexualité dépénalisée en Inde: la liste des pays où elle est toujours interdite (carte)

"Eradiquer" les homosexuels au "cyanure": Bassem Braïki visé par une plainte

"Je ne suis plus un criminel": dépénalisation historique de l'homosexualité en Inde


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr