Récidive

Elle donnait du Lexomyl avec du coca à sa fille de 2 ans, une mère condamnée

Une mère de famille a été condamnée à six mois de prison avec sursis pour avoir donné du Lexomyl (puissant antidépresseur) à sa fille de deux ans. - © JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives

Une mère de famille de cinq enfants a été condamnée mardi à six mois de prison avec sursis pour avoir donné du Lexomyl, un puissant antidépresseur, à sa petite fille de deux ans. Des faits qu'elle avait déjà commis en 2013, deux de ses enfants lui avaient alors été retirés.

Une femme de 37 ans a été condamnée mardi 11 par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan (Landes) à six mois de prison avec sursis pour avoir donné du Lexomyl et du Tercian (des puissants antidépresseurs) à sa petite fille de deux ans, chez qui une altération de la personnalité a été constatée par un médecin psychiatre.

Cette mère de famille de cinq enfants, originaire de Labastide-d'Armagnac, avait déjà été condamnée en 2013 pour les mêmes faits, commis sur deux de ses enfants depuis placés en famille d'accueil.

France Bleu Gascogne, qui rapporte l'information, précise que le père, lui âgé de 45 ans, a été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour complicité, puisqu'il a laissé son épouse faire sans tenter d'intervenir.

"Ce n'était qu'un demi cachet de Lexomyl par semaine, dans un biberon de coca, pour la calmer", a reconnu le quadragénaire à la barre, pendant que la mère continuait de nier les faits.

Lire aussi: une mère condamnée à de la prison avec sursis pour l'absentéisme de ses enfants

La radio précise, au sujet de la mère, qu'un psychiatre avait souligné sa "personnalité borderline" et son "quotient intellectuel bas" en 2013.

C'est début 2017 que le calvaire de la petite Ayana-Bella a été détecté. Une assistante familiale a constaté des traces de violences sur les fesses de l'enfant. Mais faute de preuve, les parents n'ont pas été condamnés pour ça.

En revanche, puisque la fillette avait changé de comportement et dormait beaucoup, des analyses médicales ont été ordonnées puis ont donc révélées des traves d'antidépresseurs dans son organisme.

Et aussi:

Viols et violences sur sa fille: la mère condamnée

Quintuple infanticide en Gironde: la mère condamnée à 8 ans de prison

Morbihan: une mère condamnée pour avoir poignardé au visage son bébé... alors encore dans son ventre


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr