Tête de mort

Il se fait couper les oreilles et le nez pour ressembler à un squelette (photo)

Eric Yeiner Hincapié Ramírez a attendu que sa mère décède pour subir les opérations les plus radicales. - ©CHU Amiens

Un Colombien de 22 ans a récemment subi une ablation du nez et des oreilles. Une chirurgie esthétique destinée à compléter une transformation amorcée il y a des années, afin de ressembler à un squelette.

Un artiste tatoueur colombien de 22 ans a subi des opérations de chirurgie esthétique extrêmes, se faisant retirer une partie des oreilles et du nez, afin de ressembler à un squelette. Tatoué sur une grande partie du corps, il s'était déjà fait diviser la langue en deux.

Eric Yeiner Hincapié Ramírez a expliqué avoir une obsession pour les squelettes depuis sa plus tendre enfance. "Pour moi, le squelette est comme ma sœur, un membre de la famille, j'y suis très attaché", raconte-t-il, ajoutant que vivre sa transformation désormais achevée est comme "un rêve devenu réalité".

Voir: Pour être complètement tatoué, il se fait retirer le pénis, les testicules et les tétons

Il a fallu deux ans de différentes opérations à Eric Yeiner Hincapié Ramírez pour arriver à ce résultat. S'il avait débuté sa "transformation" il y a plusieurs années, il souhaitait attendre que sa mère, apparemment assez peu séduite par son projet, soit décédée pour procéder aux chirurgies les plus radicales, à savoir faire disparaître le bout de son nez et les lobs de ses oreilles.

Les réactions des personnes qui le croisent semblent beaucoup varier. Si l'homme affirme que beaucoup changent de trottoir à son approche, d'autres lui demandent de faire un selfie avec lui. Eric Yeiner Hincapié Ramírez juge en tout cas que son choix doit être respecté comme n'importe quelle chirurgie esthétique. "Ce n'est pas différent d'une façon de penser, de s'habiller ou de goûts musicaux. Je m'aime juste comme je suis", affirme-t-il.

Lire aussi:

Zombie Boy est mort: Rick Genest s'est suicidé à 32 ans


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr