Info FS- Un Gilet Jaune dans le coma à Toulouse, gravement blessé par un tir de flash-ball

Un jeune homme a été très gravement blessé par un tir de flash-ball reçu en pleine tête samedi à Toulouse, en marge de la manifestation des gilets jaunes samedi à Toulouse. - © - / AFP

Un jeune homme a été très gravement blessé samedi après-midi à Toulouse, lors des violences qui ont éclaté en marge de la manifestation des gilets jaunes. Plusieurs témoignages concordants que France-Soir a recueillis affirment qu'il a reçu un tir de flash-ball en pleine tête. Jointe, sa mère nous confirme également qu'il est dans le coma "comme mort".

Des affrontements ont éclaté samedi 1er décembre à Toulouse (Haute-Garonne) entre gilets jaunes et membres des forces de l'ordre. Le bilan de la préfecture fait état de 57 blessés, dont 48 policiers. Plusieurs manifestants ont par ailleurs été touchés par des tirs de flash-ball.

Une femme a reçu deux coups dans la cuisse. Mais surtout, selon nos informations, un jeune homme a été victime d'un tir en pleine tête et est toujours, ce lundi 3 au matin, hospitalisé entre la vie et à la mort au CHU de Purpan.

Selon plusieurs témoignages concordants ainsi que sa mère, jointe par France-Soir, Benoît, 28 ans, se trouvait dans la zone de la gare Matabiau quand les CRS ont cherché à disperser les manifestants avec des gaz lacrymogènes et une charge.

Benoît, qui manifestait avec son gilet jaune sur les épaules et avec sa compagne Juliette, a alors été frappé en pleine tête. "Juste au-dessus de l'oreille", nous précise sa maman Isabelle. 

Ce gaillard de 2 mètres et 90 kilos a alors été fauché dans son élan et est tombé au sol, inanimé, témoignent plusieurs personnes présentes. "Ce n'est pas possible qu'on l'ait touché là sans avoir visé", nous confie sa mère, dévastée. "On l'a tiré comme un lapin". 

Lire aussi: Arles - un mort dans un carambolage sur un barrage de gilets jaunes

Sur des vidéos que France-Soir a pu consulter, on peut effectivement voir un homme, de grande taille, accroupi au sol et le visage ensanglanté, pendant que d'autres gilets jaunes tentent de lui porter secours. D'autres crient "stop, stop!" à destination des policiers, pour leur signaler qu'il y a un blessé grave.

Sa mère nous confirme que Benoît est dans le coma au service réanimation de neurochirurgie de l'hôpital Purpan de Toulouse. Les médecins lui ont dit qu'il pouvait mourir "à tout moment". Elle et ses proches se relaient au chevet du jeune homme pour le veiller. 

Cette femme a laissé éclater sa colère contre Emmanuel Macron: "Si vous aviez calmé le jeu et cédé un peu aux gilets jaunes mon fils n'aurait pas manifesté samedi et ma vie ne serait pas détruite".

"Oui", nous dit-elle, "mon fils manifestait". Elle ne peut dire s'il était véhément. "Mais c'est une arme de guerre (le flash-ball, NDLR)"...

Selon nos informations, Benoît est donc bien dans le coma et intubé. Son état est toutefois "stable" bien que sérieux, avec notamment plusieurs fractures au niveau du visage et du crâne ainsi qu'une importante hémorragie interne.

Et aussi:

Hugo Clément blessé à Paris lors de la manifestation des gilets jaunes (photo)

Après les émeutes de Paris, Macron cherche la réponse aux "gilets jaunes"

Moratoire, dissolution, référendum: les pistes des oppositions face à la crise des "gilets jaunes"


Voir la version optimisée mobile de cet article