Ligne rouge

Marseille: l'enseignante couche avec des lycéens, ils lui extorquent de l'argent

L'enseignante travaillait au lycée Camille Jullian. - ©Capture d'écran Google Maps

Le journal "La Provence" dévoile une affaire embarrassante dans le lycée Camille Jullian de Marseille: une enseignante s'est laissée aller à des relations intimes avec plusieurs élèves mineurs qui ont fini par la faire chanter pour lui extorquer des faveurs sexuelles et de l'argent.

Elle a franchi la ligne rouge avec cinq de ses élèves. Et certaines de ses "victimes" ont voulu la faire chanter. Une enseignante marseillaise de 37 ans est poursuivie pour des relations sexuelles avec cinq lycéens, dont trois n'ont que 15 ans. La trentenaire s'est retrouvée coincée par les dénonciations de ses collègues et les sollicitations répétées des jeunes qui lui extorquaient de l'argent contre la menace de publier des clichés compromettants.

L'enseignante, qui exerçait depuis une dizaine d'années années au lycée professionnel Camille Jullian à Marseille, a dérapé fin 2017 en marge d'une sortie scolaire comme le rapporte La Provence. La trentenaire s'est rapprochée de deux jeunes et réalise avec deux des photos intimes. Elle venait de mettre le doigt dans l'engrenage. Pendant trois mois, plusieurs jeunes, cinq en tout, vont se servir de ces clichés pour obtenir des faveurs sexuelles, n'hésitant pas à se présenter au domicile de l'enseignante. Si elle refuse, les photos seraient diffusées sur les réseaux sociaux. Alors elle a accepté de coucher avec cinq mineurs, selon sa version des faits.

Mais les lycéens vont la faire chanter avec d'autres exigences que le sexe. Ils veulent maintenant de l'argent. L'enseignante versera en tout 7.000 euros pour ne pas voir les clichés se répandre sur Internet.

Voir aussi - Aide sociale à l'enfance: un inspecteur accusé de viol sur mineure

La professeure fautive sera dénoncée dans un premier temps par ses collègues juste avant les vacances d'été. Placée en garde à vue mi-août, elle décide de tout avouer. Déférée devant le parquet, elle a été laissée libre sous contrôle judiciaire et sera poursuivie pour atteintes sexuelles sur mineurs de plus de 15 ans par personne ayant autorité et corruption de mineurs. Deux des mères des cinq jeunes impliqués ont décidé aussi de porter plainte. L'enseignante a été suspendue.

Lire aussi:

Consentement sexuel des mineurs: 500.000 signatures contre la loi Schiappa

Paris - Viols au foyer, la mineure accuse le vigile 


Voir la version optimisée mobile de cet article