Repenti

Marseille: un voleur lui rend les 20.000 euros qu'il lui avait dérobé 3 ans auparavant

Plus de trois ans plus tard, l'un des voleur a rendu les 20.000 euros en liquide à leur propriétaire. - ©Images Money/Flickr

Une vieille dame s'était fait volé 20.000 euros à Marseille il y a maintenant trois ans. En mars dernier, le voleur, pris de remord, est venu chez elle lui rendre la somme et lui a même offert un bouquet de fleurs pour s'excuser.

Le quotidien local La Provence a dévoilé ce jeudi 29 qu'une vieille dame de 74 ans avait eu une drôle de surprise en mars dernier, lorsqu'un inconnu était arrivé chez elle muni d'un bouquet de fleurs et de... 20.000 euros.

La Marseillaise c'était faite voler cette somme d'argent le 20 décembre 2013. Ce jour là, la vieille dame était allée retirer ce montant en liquide à la Banque postale du Xe arrondissement de la cité phocéenne. Mais deux hommes s'étaient emparés des billets alors qu'elle rentrait chez elle et avaient fui. Les policiers n'avaient pas réussi à identifier les deux individus et l'affaire en était restée là.

Pourtant, le 3 mars dernier, soit plus de trois ans après son agression, la vieille dame a découvert un bouquet de fleur, sans mot, sur son palier. Puis, quatre jours plus tard, un inconnu s'est présenté à sa porte encore une fois muni d'un bouquet.

Prise de panique, la Marseillaise a immédiatement appelé sa fille, qui est arrivée peu de temps après. Devant les deux femmes, le jeune homme, âgé de 27 ans, s'est présenté comme étant l'un des voleurs. Pris de remord, il a rendu la somme d'argent et s'est confondu en excuses.

La mère et la fille ont ensuite fourni le numéro de téléphone de l'homme et sa description à la police. Les autorités ont donc pu retrouver le voleur repenti. Arrêté, il est maintenant en liberté sous contrôle judiciaire. Les enquêteurs cherchent à savoir d'où vient cette forte somme d'argent et voudraient retrouver le complice du braquage. "Une histoire pas commune, et c'est d'ailleurs bien dommage", a confié un policier à 20 Minutes.


Voir la version optimisée mobile de cet article