Avions de chasse

Paris: l'impressionnante répétition de l'armée de l'Air pour le 14 juillet (vidéo)

Les rafale ont survolé Paris pour les répétitions du défilé aérien du 14 juillet. - © ERIC PIERMONT / AFP/Archives

Ce mercredi, les avions participants au défilé aérien du 14 juillet ont survolé le ciel de la capitale. De nombreux parisiens ont mis le nez à leur fenêtre pour voir ces impressionnantes répétitions.

Comme tous les ans à la même époque, le ciel de la capitale a raisonné du vrombissement des puissants réacteurs des appareils de l'armée de l'Air. Ce mercredi 10 à quelques jours du défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées, les avions qui participent a l'évènement ont procédé à des répétions pour leur passage, toujours très apprécié par le public, au-dessus de la plus belle avenue du monde.

De nombreux Parisiens ont mis le nez à la fenêtre pour voir passer Rafale, Mirage, Transall et autres avions de l'armée de l'Air. Visiblement ravis de l'exercice, de nombreux amateurs ont immortalisé en vidéo ce ballet et les ont postées sur les réseaux sociaux.

Selon le programme officiel du défilé, le passage des aéronefs aura lieux vers 10h35 soit avant le passage des troupes à pied. Au total, 64 avions seront mis à contribution dont les neuf Alphajet de la Patrouille de France avec à leur bord trois blessés des armées françaises. Un avion ravitailleur A330 MRTT, nouveau venu dans la flotte de l'armée de l'Air, participera également au défilé. Une trentaine d'hélicoptère des armées et de la gendarmerie participeront également au ballet aérien.

Lire aussi - Des militaires japonais défileront à Paris le 14 juillet

Le défilé des "piétons" sera ouvert conjointement par des soldats japonais et singapourien qui participeront au défilé pour la première fois. Ils seront suivis par plus de 4.200 hommes et femmes des différentes branches de l'armée française ainsi que des élèves des grandes écoles et des agents de la pénitentiaire. Le cortège sera refermé par plus de 220 véhicules, dont des transports de troupes belges, ainsi que les cavaliers de la Garde républicaine.


Voir la version optimisée mobile de cet article