Persévérance

Séisme au Mexique: secours et habitants unissent jour et nuit leurs forces pour retrouver des survivants

Une foule de volontaires s'empresse de fouiller les décombres, d'apporter des vivres, de l'eau et des médicaments après le séisme à Mexico. - © YURI CORTEZ / AFP

Les recherches s'intensifient pour retrouver des survivants suite au séisme qui a fait au moins 233 morts au Mexique depuis mardi. Dans les rues dévastées, la pluie est venue troubler le silence demandé par les autorités pour entendre les appels à l'aide des blessés bloqués sous les décombres.

Le centre du Mexique est plongé dans l'effroi depuis le violent séisme survenu mardi 19 et qui a fait, selon le dernier bilan de ce jeudi 21 au matin, au moins 233 morts. Le temps qui passe commence à rendre les recherches de plus en plus crispantes, car les chances de retrouver des survivants sous les décombres s'amenuisent. Mais les secours, aidés par l'armée, et les habitants des villes touchées (dont la capitale Mexico City) s'efforcent jour et nuit à unir leurs forces pour rendre les recherches le plus efficace possible.

Mais les autorités ont appelé la population à canaliser ses efforts car les volontaires sont tellement nombreux que l'organisation des chaînes humaines -pour déblayer et acheminer eau et nourriture aux survivants et aux pompiers- peut parfois être compliquée.

Cela trouble aussi le silence des rues dévastées. Silence recommandé et demandé par les secours qui espèrent ainsi diriger leurs recherches vers les cris d'éventuels survivants. A ce sujet, le crépitement de la pluie est venu perturber le travail des sauveteurs ce jeudi matin.

Mais tous gardent espoir car ces efforts effrénés ne sont pas vains. Une petite fille de 12 ans, prénommée Frida Sofia, a été extirpée vivante des décombres de l'école primaire Enrique Rebsamen, dont un bâtiment s'est effondré à Mexico, mercredi 20 au soir selon LCI. Une fois pris en charge par les médecins, elle a expliqué qu'elle était restée coincée sous une table avec deux autres personnes, mais qu'elle ne savait pas ce qu'il était advenu d'elles.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr