Vols à la tire

Strasbourg: pour sensibiliser contre les pickpockets des policiers en civil volent des sacs (vidéo)

Les policiers strasbourgeois se sont transformés en pickpockets. - ©Capture d'écran YouTube

Pour les besoins d'une campagne de prévention contre les pickpockets, des policiers strasbourgeois ont détroussé des touristes afin de les sensibiliser sur les risques que présentent les voleurs à la tire.

La preuve par l'exemple. Les policiers de Strasbourg ont trouvé une manière pour le moins insolite de sensibiliser les gens contre la menace des voleurs à la tire. En effet, des fonctionnaires de police en civil se sont livrés à de faux vols dans un quartier touristique de la ville.

Ainsi, un policier habillé comme un individu lambda distrait les clients attablés à un restaurant tandis qu'un autre en profite pour dérober des effets personnels. Ces derniers sont rapidement rendus à leur propriétaire légitime avec un message de prévention et des conseils pour éviter de se faire dérober son bien. L'opération est renouvelée avec des personnes dont le sac à dos ou à main n'est pas fermer alors qu'elles déambulent en pleine rue.

Comme le rapporte France 3 Grand Est, "les terrasses étaient privilégiées (par les policiers), car nombre de sacs y sont laissés sans surveillance, et les gens s’y laissent facilement distraire".

Quelques conseils simples pour garder ses biens personnels en sécurité:

- Mettre son sac sous la table ou entre ses jambes, quitte à passer un pied de chaise à l’intérieur de la sangle.  

- Bien garder son sac fermé.

- Eviter de laisser un objet de valeur sur une table (portefeuille, smartphone, etc.)

- Ne jamais conserver son téléphone ou son portefeuille dans la poche arrière de son pantalon 

Lire aussi - Paris: un gang de pickpockets roumains œuvrant à la tour Eiffel démantelé

C’est la cinquième opération du genre lancée par la police à Strasbourg, habituée des campagnes de prévention insolites. France 3 rappelle que sur les quatre premiers mois de 2018, 252 vols à la tire ont été commis à Strasbourg dont moins de 20% ont été élucidés.


Voir la version optimisée mobile de cet article