Qui va à la chasse...

Un passager violemment expulsé de son avion pour cause de surbooking (vidéo)

Blessé, le passager a été pris en charge par l'équipe médicale de l'avion. - ©Valéry Hache/AFP

Nouvelle polémique autour de United Airlines: dimanche, après avoir vendu trop de billets sur un vol Chicago-Louisville, la compagnie aérienne a violemment expulsé l'un de ses passagers contre son gré. La scène (filmée) a scandalisé beaucoup d'internautes.

La compagnie United Airlines fait encore polémique outre-Atlantique. En effet, dimanche 9, la compagnie aérienne avait vendu plus de billets qu'elle n'avait de places dans un vol reliant Chicago à Louisville. Sauf qu'il manquait quatre places pour y installer des employés et le personnel de bord a donc tiré des passagers au sort pour les débarquer. L'un d'eux n'a pas voulu descendre de l'appareil et a donc été expulsé de force par la police.

Des agents de sécurité l'ont violemment soulevé de son siège. Sa tête a même heurté un accoudoir. Il a ensuite été trainé par les bras dans le couloir de l'appareil, la bouche en sang à cause du choc et visiblement sonné. L'événement a été filmé par de nombreux passagers dont Tyler Bridges.

L'homme a dit être docteur et avoir besoin de voir ses patients dès le lendemain matin mais rien n'y a fait. Après avoir été sorti de force une première fois, le passager a réussi à rentrer à nouveau dans l'avion avant d'être arrêté par une équipe médicale. Blessé, il a été pris en charge.

United Airlines a réagi sur son compte Twitter et son site avec un communiqué signé par le patron de l'entreprise, Oscar Munoz. "C'est un événement inquiétant pour nous tous à United. Je m'excuse pour avoir dû retarder le voyage de ses clients. Notre équipe travaille avec les autorités pour leur détailler ce qu'il s'était passé. Nous sommes aussi en contact avec ce passager pour lui parler directement afin de résoudre la situation", est-il écrit.

La compagnie avait déjà créé polémique pour avoir refoulé deux jeunes filles d'un vol à Denver parce qu'elles portaient des leggings à la fin du mois de mars.


Voir la version optimisée mobile de cet article