Sonnette d'alarme

Attention au danger des lentilles colorées: les médecins inquiets (vidéo)

Des médecins du CHU de Rennes ont sonné l'alerte face à la recrudescence de patients atteints d'une infection de la cornée à cause de lentilles colorées. - ©Gimli_36/Flickr

Des médecins du CHU de Rennes ont récemment tiré la sonnette d'alarme au sujet du danger que représentent les lentilles colorées pour la santé. Elles sont la cause de nombreuses infections de la cornée.

C'est une fantaisie, un petit plus à la valeur purement esthétique, qui peut coûter très cher. Les lentilles colorées, qui sont très à la mode (à la fois pour les déguisements ou simplement pour une envie d'avoir les yeux plus clairs ou plus foncés), ne sont pas sans danger.

Les médecins du CHU de Rennes ont récemment tiré la sonnette d'alarme dans Ouest-France. Ils ont expliqué recevoir chaque semaine au moins deux patients souffrant d'une infection de la cornée, infligée par ces lentilles colorées. Mais aussi par des lentilles de contact classiques mal nettoyées ou pas adaptées.

Les conséquences pour la santé sont parfois très graves, voire dans certains cas irréversibles. Une infection grave de la cornée peut provoquer une perte de la vision, partielle ou totale.

Voir aussi: une patiente avait 27 lentilles dans son œil

Les médecins du CHU de Rennes conseillent de consulter tout de suite si, après avoir porté des lentilles, de tout type, une personne constate que son œil est anormalement irrité et lui fait mal.

Ils alertent aussi sur les lentilles commandées sur Internet sans consultation préalable d'un ophtalmo.  "Des modèles ne sont pas du tout adaptés à la cornée et les gens les mettent sans avis médical ou d'un spécialiste", a expliqué Frédéric Mouriaux, chef du service d'ophtalmologie du CHU de Rennes.

Et d'ajouter: "Elles peuvent être contre-indiquées si l'œil ne produit pas assez de larmes ou si la qualité des larmes n'est pas bonne". D'où la nécessité, l'obligation même, de consulter un spécialiste avant d'en porter.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr