Petit miracle

Elle accouche malgré un cancer du col de l'utérus

Certains cas de cancer de col de l'utérus ne nécessitent pas d’hystérectomie. - © DIDIER PALLAGES / AFP

Le cancer du col de l'utérus peut souvent nécessiter l'ablation totale de l'organe en question, privant la patiente de toute chance d'avoir un enfant. Mais une technique encore peu pratiquée en France a permis à une femme d'accoucher cet été à Montpellier.

Un couple français a pu accueillir cet été une petite fille alors que la mère souffrait d'un cancer du col de l'utérus. Elle n'aurait pas pu porter un bébé selon les premiers traitements envisagés, mais elle a finalement pu bénéficier d'une opération pratiquée dans de rares cas.

En effet, la plupart des cas de cancer du col de l'utérus traités par chirurgie supposent une hystérectomie, une ablation totale de l'utérus. Mais la mère a eu de la chance. D'abord parce que son cas permettait le recours à une autre technique, et parce qu'elle a pu être prise en charge au CHU de Montpellier, l'un des seuls en France où cette operation peut être pratiquée, rapporte France Bleu.

Voir: Le dépistage du cancer du col de l'utérus sera pris en charge à 100%

Cette intervention consiste à ne retirer que le col de l'utérus afin de combattre le cancer tout en conservant la possibilité pour la patiente d'avoir des enfants. Si le concept paraît assez simple, la technique n'est encore que peu répandue, notamment parce que la patiente doit avoir moins de 40 ans et que la maladie ne doit pas en être à un stade trop avancé.

Par ailleurs, celle-ci n'offre pas des chances "normales" de concevoir. Les risques de complications comme une fausse-couche ou une grossesse extra-utérine sont dix fois plus importants pour celles qui subissent une telle opération. La naissance de la petite Loéva apparaît donc d'autant plus comme un miracle pour ses parents. "Pour nous c'est important d'en parler, de montrer aux gens que c'est possible d'avoir un enfant même après avoir eu un cancer", ont-ils déclaré.

Le cancer du col de l'utérus compte 3.000 nouveaux cas par an et provoque plus de 1.000 décès chaque année.

Lire aussi:

Bébé décapité pendant l'accouchement: la médecin continuera d'exercer


Voir la version optimisée mobile de cet article