Fausse piste

Les produits sans gluten épinglés par "60 Millions de consommateurs"

Les aliments sans gluten vendus par les industriels ne sont pas nécessairement plus sains. - © DENIS CHARLET / AFP/Archives

Les produits sans gluten vendus par les industriels ne seraient pas meilleurs pour la santé. Ils seraient même plus riches en additifs et plus pauvres en nutriments selon "60 Millions de consommateurs".

Les produits sans gluten ont le vent en poupe depuis plusieurs années, et pas seulement pour répondre à la demande des personnes souffrant d'allergie ou d'intolérance. Ils s'inscrivent également dans une "mode" ou une volonté de "manger mieux". Mais les produits vendus dans le commerce sont peut être sans gluten "mais pas sans risque" selon 60 Millions de consommateurs.

Le magazine ne jette pas la pierre à ce régime, mais sur ce que contiennent parfois ces produits. 60 Millions de consommateurs a ainsi relevé sur les étiquettes de plusieurs aliments de nombreux additifs. "A la place de la farine de blé, les fabricants emploient le plus souvent de la farine de riz, associée à de la fécule et des amidons. Soit. Mais faute de gluten, qui donne de l’élasticité à la pâte et de la texture au produit fini, ils incorporent des additifs de type épaississants et émulsifiants – dont on se passerait bien".

Lire aussi: Belgique - mort d'un bébé nourri uniquement au lait végétal, ses parents le pensaient intolérant au lactose et au gluten

Outre ces produits autorisés mais n'ayant pas d'intérêt nutritionnel, l'associations de consommateurs relève que ces articles sont globalement "moins sains". "Les tables nutritionnelles des biscuits aux pépites de chocolat, des pizzas et plus encore des pains de mie indiquent une teneur systématiquement plus basse en protéines pour les produits sans gluten".

Une réalité qui serait d'autant plus trompeuse que la majorité des consommateurs de "sans gluten" semblent l'être dans une optique de s'alimenter mieux. Selon 60 Millions de consommateurs, "pas moins de cinq millions de Français auraient adopté le régime «sans gluten»" alors que la véritable intolérance ne toucherait que 1% des consommateurs.


Voir la version optimisée mobile de cet article