Dégradation

Venezuela: retour de la poliomyélite, 30 ans après le dernier cas recensé

Le Venezuela s'enfonce dans la crise sanitaire. - © FEDERICO PARRA / AFP/Archives

La crise au Venezuela a des conséquences très concrètes sur le plan sanitaire. L'Organisation panaméricaine de la santé a confirmé le retour dans le pays de la poliomyélite presque 30 ans après son éradication.

C'est le signe d'un pays qui s'enfonce un peu plus dans la crise malgré les messages officiels: un cas de poliomyélite a été répertorié au Venezuela. C'est l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS, basée à Washington) qui en a fait l'annonce samedi 9. C'est la première fois depuis 1989 qu'un cas est comptabilisé dans le pays qui avait éradiqué la maladie pendant trois décennies.

Le cas de poliomyélite a été découvert dans l'Etat de Delta Amacuro, une région du nord-est du pays. La victime est un jeune garçon qui n'était pas vacciné contre la maladie. Toujours selon l'OPS, la couverture vaccinale contre cette pathologie n'est plus que de 67%.  

Un opposant vénézuélien dénonce en outre un autre scandale: les autorités auraient attendu un mois avant de signaler ce cas à l'OPS (dont le Venezuela est membre) alors que les règlements internationaux imposent une alerte dans les 24 heures.

Lire aussi - Venezuela: l'opposition veut un "canal humanitaire" de nourriture et médicaments

Ce nouveau cas de poliomyélite n'est que l'arbre qui cache la forêt de la dégradation sanitaire dans le pays avec l'explosion des maladies infectieuses due à la réduction des campagnes de vaccination. Le président Nicola Maduro, réélu le 20 mai dernier, conteste toute crise sanitaire dans le pays dénonçant la pénurie de vaccins comme les conséquences d'une "guerre économique" menée par l'opposition soutenue par les Etats-Unis.

Les problèmes sanitaires se multiplient au Venezuela qui commence à manquer de médicaments vitaux, comme par exemple des traitements pour le cancer ou pour les médicaments anti-rejets pour les patients greffés.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr