Eau à disposition

Comment la glace découverte sur Mars pourrait aider à sa colonisation

La glace découverte sur Mars pourrait être utilisée dans des missions de colonisation de la planète. - ©DLR German Aerospace Center/Flickr

D'importantes étendues de glace souterraine ont été découvertes sur Mars. Celles-ci se trouvent à faible profondeur, ce qui en fait une source d'eau accessible pour d'éventuelles missions de colonisation, à condition d'en trouver dans des zones moins inhospitalières.

La présence de glace sur Mars est connue depuis des années. Toutefois, des questions demeurent quant à sa quantité, sa pureté et son accessibilité à d'éventuels astronautes. Mais une partie de ces questions ont trouvé des réponses, révèle une étude publiée ce vendredi 12 dans le magazine Sciences. Ce qui pourrait aider à l'installation d'humains sur la Planète rouge.

La sonde de la Nasa MRO (Mars reconnaissance orbiter) a en effet repéré des dépôts de glace souterraine au-delà des régions polaires qui en sont recouvertes. Ils se seraient formés selon les auteurs de l'étude par l'accumulation progressive de neiges au cours de cycles climatiques désormais révolus sur la planète.

Lire aussi: Mars - la Nasa envisage un projet gigantesque pour rendre la planète habitable

Surtout, les relevés montrent plus que des vestiges d'un éventuel glacier mais de grandes quantités de glace située parfois à seulement quelques mètres de profondeurs. L'érosion du sol ou des falaises a permis de les découvrir.

Or, la présence de glace accessible facilement serait un net avantage à la colonisation de Mars. L'eau à l'état liquide n'y existe pas en surface comme sur Terre, même si la planète a probablement connu des océans à une époque. Or, l'eau, même à l'état solide, pourrait aider à l'établissement des humains. Elle peut notamment, combinée au dioxyde de carbone très présent dans l'air martien, permettre de générer de l'oxygène.

Lire aussi: Trump veut renvoyer des hommes sur la Lune, Mars en ligne de mire

Mais les gisements découverts se trouvent encore trop proches des pôles, à une latitude d'environ 55 degrés au nord comme au sud (soit l'équivalent de Glasgow ou du Cap Horn sur Terre). Des zones qui sur Mars sont encore trop inhospitalières en hiver, notamment en raison du faible ensoleillement alors qu'une base humaine aurait besoin d'énergie solaire. La nouvelle tâche des scientifiques va donc être de chercher d'autres traces de glaces accessible sous des latitudes plus clémentes.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr