Matière noire et supergéante bleue

Icare, l'étoile solitaire la plus éloignée de la Terre découverte par hasard

Icare est l'étoile solitaire la plus éloignée jamais repérée (illustration). - ©Nasa

La NASA a fait savoir lundi qu'une étoile solitaire, baptisée Icare, avait été repérée par le téléscope Hubble à quelque 9 milliards d'années-lumière de la Terre, soit un record en la matière. Une découverte faite presque par hasard et qui a déjà permis d'éprouver certaines théories sur la composition de l'Univers.

N'essayez pas de repérer Icare avec votre télescope personnel. Ce n'est que grâce à une "bizarrerie" de la nature, de la chance et les impressionnantes capacités d'Hubble que des astronomes de l'université du Minnesota ont pu découvrir l'étoile solitaire la plus éloignée de la Terre jamais observée.

Il s'agit d'une supergéante bleue. Un astre particulièrement imposant comme son nom l'indique mais aussi très chaud et "probablement des centaines de milliers de fois plus brillant que le Soleil", a fait savoir la NASA lundi 2.

Pourtant, la lumière d'Icare n'était jusqu'alors jamais parvenu à des yeux terriens. Il faut dire qu'en plus d'être isolée, elle se trouve à quelque 9 milliards d'années-lumière. Elle est donc en théorie invisible même pour le télescope spatial de l'agence américaine, Hubble.

Lire aussi: Kepler 90-i, la NASA annonce la découverte d'une planète grâce à l'intelligence artificielle

Les astronomes sont tombés sur cette étoile par hasard, alors qu'il cherchait à observer une supernova (l'explosion d'une étoile en fin de vie). Mais des variations gravitationnelles provoquées par un groupe de galaxies se trouvant à environ 5 milliards d'années-lumière ont permis de "magnifier" l'éclat d'Icare au moment où ces observations ont été faites.

Icare "est au mois 100 fois plus éloignée que l'étoile isolée la plus proche que nous pouvons étudier en dehors des explosions de supernovas", a précisé Patrick Kelly, de l'université du Minnesota.

L'intérêt d'Icare va cependant au-delà du simple record de distance. Sa découverte a déjà permis aux scientifiques de mettre à l'épreuve une des théories sur la matière noire. Celle-ci représente plus d'un quart de la composition de l'Univers mais les astronomes ignorent encore de quoi elle est faite, d'où son nom.

La façon dont la lumière d'Icare a été ainsi amplifiée a donc permis de s'interroger sur la composition de cette matière qu'elle a dû traverser. Selon la NASA, cela a déjà permis d'exclure la théorie selon laquelle la matière noire serait constituée d'immenses trous noirs primordiaux presque aussi vieux que l'Univers lui-même.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr