Malware

Google: des millions d'enfants exposés à du porno après un piratage

Des dizaines d'applications pour enfants proposées par Google ont été piratées et diffusaient du contenu pornographique. - ©Dado Ruvic/Reuters

Un logiciel malveillant a été repéré dans une soixantaine d'applications disponibles sur Google Play et destinées aux enfants. Il envoyait notamment du contenu pornographique et des annonces frauduleuses pour obtenir des informations personnelles.

Du porno dans les contenus pour enfants. Google est de nouveau confronté au délicat problème de la protection des plus jeunes sur Internet. Un malware (logiciel malveillant) a en effet infecté plusieurs dizaines d'applications destinées aux enfants et téléchargeables sur Google Play.

Il diffusait notamment des contenus pornographiques sur les téléphones utilisés pour télécharger les applications. Ce logiciel, AdultSwine, incitait également les enfants à souscrire à des services payants ou frauduleux en renseignant simplement leur numéro de téléphone. Une technique dont l'objectif n'est donc pas tant d'exposer la jeunesse à des contenus pour adultes mais de passer par les enfants, peu avertis, pour obtenir les données personnelles de leurs parents ou infecter leurs téléphones.

Averti par un groupe spécialisé dans la cyber sécurité, Google a donc dû supprimer de son catalogue 63 applications infectées parmi lesquelles Drawing Lessons Lego Star Wars ou Virtual Family Baby Craft. Le malware aurait au final été téléchargé entre 3 millions et 7 millions de fois. Par chance, il ne serait pas capable d'infecter de nouveau téléphones. Il y reste cependant présent tant que l'application n'a pas été supprimée du mobile.

Lire aussi: YouTube Kids: propos pédophiles et contenus douteux, la polémique enfle

Google Play propose quelques 3 millions de contenus, ce qui rend d'autant plus difficile son contrôle. A noter que la soixantaine d'applications concernées ne faisaient pas partie de la sélection "Families" qui est censée garantir que le contenu est adapté à tous.

Google avait déjà connu des déboires de la sorte lorsque YouTube Kids, son service de vidéos destinées aux enfants, avait en effet été épinglés pour diffuser des contenus violents ou être utilisé par des prédateurs sexuels pour approcher leurs victimes.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr