Salaires et direction

Air France: de nouvelles grèves à prévoir

"Il y a de fortes probabilités" qu'une nouvelle grève à Air France soit organisée selon la CGT. - © JOEL SAGET / AFP/Archives

Le délégué CGT d'Air France a indiqué ce lundi que le syndicat allait fort probablement lancer un nouvel appel à la grève. Après l'interruption consécutive à la démission du PDG Jean-Marc Janaillac, les griefs sur les salaires demeurent. Et s'y ajoutent ceux concernant la nouvelle direction.

Les vacances d'été auront été globalement épargnées par les grèves à Air France, alors que la compagnie devait se remettre de la brutale démission de son PDG Jean-Marc Janaillac en mai dernier. Mais les sujets laissés alors en suspens sont désormais remis sur la table, avec d'autres points de mécontentement apportés par la nouvelle direction.

Le délégué CGT d'Air France Vincent Salles a déclaré ce lundi 27 sur Franceinfo: "On va se poser la question de savoir si on relance la grève ou pas. Il y a de fortes probabilités que ce soit le cas. Les salariés sont dans cet esprit-là".

Car la question du "rattrapage" des salaires (une augmentation après six ans de gel) qui avait eu raison de la précédente direction est toujours là. Dix organisations de pilotes, d'hôtesses et de stewards et de membres du personnel au sol ont réclamé en mai 5,1% d'augmentation dès 2018 quand Air France proposait 7% sur quatre ans, en plus des augmentations individuelles.

Voir: Air France-KLM: le salaire du nouveau patron critiqué à droite et à gauche

La grogne est renforcée par le montant du salaire du nouveau PDG, Benjamin Smith. Celui-ci pourra gagner chaque année un maximum de 4,25 millions d'euros, soit plus du triple de son prédécesseur. Sa rémunération fixe sera de 900.000 euros, contre 600.000 pour Jean-Marc Janaillac.

Le choix de ce candidat avait déjà été dénoncé par les syndicats qui voient dans ce dirigeant étranger (canadien) un "cheval de Troie" de Delta Air Lines. La compagnie américaine est entrée au capital du groupe, tout comme China Eastern, à l'automne dernier. Elles détiennent chacune 8,8% du capital, au côté de l'Etat français (14,3%) et des employés (3,90%) notamment.

Lire aussi:

Benjamin Smith au défi de trouver les recettes de la réussite d'Air France-KLM

Air France: les pilotes menacent de faire grève si le futur patron ne négocie pas les salaires

Grèves: Ryanair s'entend avec le syndicat des pilotes irlandais


Voir la version optimisée mobile de cet article