Courbe décroissante

Crédit immobilier: la baisse des taux continue... et la durée grimpe

Le crédit immobilier continue de baisser. - © JOEL SAGET / AFP/Archives

Les taux des crédits immobiliers continuent leur baisse cet été 2018, rendant le coût de l'argent aussi faible qu'il y a 18 mois. Mais cette donnée ne fait que compenser un prix de la pierre qui, lui, augmente sans cesse dans les zones en tension.

Toujours moins cher, toujours plus long. Une nouvelle fois, l'Observatoire Crédit Logement/CSA souligne une baisse du coût du crédit immobilier en France. En juillet 2018 en effet, les taux des crédits se sont établis (hors frais) à 1,43% en moyenne, soit le plus bas niveau depuis 2017.

C'est une véritable tendance de fond qui s'est engagée depuis l'été 2017, une époque où le observateurs économiques pressentaient une possible remontée des taux qui, finalement, ne viendra jamais, laissant la place depuis à une baisse régulière au rythme quasiment de 0,1 point à 0,2 point par mois.

La baisse est généralisée et relativement homogène quelle que soit la durée du crédit puisque depuis juillet 2017 la baisse est de 0,21 point sur 25 ans, 0,18 à 20 ans et 0,16 points sur 15 ans.

Lire aussi: Immobilier - Une banque propose des crédits sur 35 ans

Sans surprise, la baisse des taux est alimentée par la hausse constante, certes ralentie mais bien réelle, des prix de l'immobilier. Ceux-ci augmentant plus vite que la hausse des revenus des ménages, ceux-ci sont obligés d'emprunter des sommes toujours plus élevées, poussant les taux à la baisse pour que les projets puissent continuer à être financés.

Les banques se livrent en outre une concurrence toujours féroce pour s'attirer les grâces des primo-accédants, prêts à se lier pour des durées dépassant largement les deux décennies, rendant donc les propositions de taux attractives.

En juillet 2018, la durée moyenne d'un prêt bancaire était de 222 mensualités, soit 18 ans et six mois.

Voir aussi:

Obtenir un crédit immobilier en CDD? Nos conseils pour négocier


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr