Conseil dangereux

Nabilla fait la promotion du bitcoin, la "monnaie du futur" qui est "grave en train de se développer" (vidéo)

Nabilla assure que le bitcoin est un bon placement et qu'elle connaît des traders experts sur cet actif. - ©Maxime Bruno/Canal+

L'influenceuse Nabilla a publié fin décembre une vidéo sur Snapchat où la jeune femme fait la promotion du bitcoin. Elle suggère d'investir via une société de trading (qui n'est jamais citée dans la vidéo) basée à l'étranger en utilisant des arguments pour le moins... approximatifs.

Le moment oscille entre la gêne et le sentiment d'une publicité déguisée relativement mal dissimulée. La star des réseaux sociaux Nabilla a publié le 25 décembre une vidéo sur son compte Snapchat (qui n'est plus accessible dorénavant) dans laquelle la jeune influenceuse de 25 ans vante les mérites du bitcoin. Et l'argumentaire financier laisse plutôt songeur.

Nabilla explique qu'elle connaît "une fille qui travaille avec un trader" et qu'ils sont tous "à fond dans le bitcoin" normal vu que "c'est un peu la nouvelle monnaie, genre la monnaie du futur" explique la jeune femme. Et les arguments pour inciter son audience à investir laissent pantois. "Comme en ce moment c'est grave en train de se développer, ils ont créé un site (...) même si vous y connaissez rien ça vous permet de gagner de l'argent sans investir beaucoup" assure la star en réajustant ses cheveux, la tête entourée de petits cœurs, et qui assure avoir misé 1.000 euros et en avoir gagné 800.

Nabilla renvoie à plusieurs reprises vers une page Facebook où des conseillers seront disponibles pour aider à investir en envoyant "Nabilla" en message privé. Ces prétendus experts ont une expérience qui date de "depuis déjà un moment" notamment un trader nommé "Romain". Les traders, assurent Nabilla "sont dans plus de 85% de taux réussite. Donc en gros ils se trompent pas. C'est vraiment sûr, c'est vraiment cool". Et Nabilla promet que c'est sans risque pour une raison absurde mais affirmée avec aplomb: "C'est de l'argent que l'on peut toujours récupérer puisque c'est de l'argent fictif".

D'après les informations de France-Soir, le "Romain" en question existe bel et bien et le site en question est lié à une société financière installée à Andorre.

Pour rappel, le bitcoin dont le taux varie désormais entre 15.000 et 20.000 dollars l'unité a débuté à quelques centimes seulement lors de son lancement en 2009. En décembre, l'agence Bloomberg Businessweek rappelait que 40% des 256 milliards de dollars de capitalisation du bitcoin étaient détenus par seulement 1.000 personnes (généralement les premiers investisseurs). Or, si plusieurs gros investisseurs décident de vendre, le cours pourrait rapidement chuter. Et si les gros portefeuilles se concertent (s'ils parviennent à s'identifier), le cours pourrait totalement s'effondrer.

Aller plus loin: Séoul veut mieux encadrer les cryptomonnaies et fait plonger le bitcoin

Idem si d'autres organismes décident de lancer avec succès leurs propres crypto-monnaies, ou si les Etats décident de réguler brusquement ce marché. Fin décembre, la monnaie virtuelle (mais aux pertes potentielles bien réelles) a perdu 10% de sa valeur lorsque la Corée du Sud a décidé de durcir sa législation. Sans remettre en cause les opportunités spéculatives du bitcoin, de nombreux observateurs n'y voient rien d'autre qu'une bulle financière sur le point d'éclater, pouvant ruiner les épargnants. Y compris ceux qui croient aux conseils avisés de Nabilla.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr