Main à la poche

Retraites complémentaires: les cotisations en hausse dès janvier 2019

Les complémentaires de retraite vont augmenter de deux points le 1er janvier. - © PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives

Au 1er janvier 2019, les retraites complémentaires verront leurs cotisations grimper. Une mauvaise nouvelle pour les salariés et, indirectement, pour le gouvernement.

Voilà qui ne va pas mettre les futurs retraités dans de bonnes dispositions alors que le gouvernement annonce une réforme des retraites considérable pour l'année à venir: les cotisations pour les retraites complémentaires du privé vont augmenter à partir de janvier prochain.

Aucune surprise d'ailleurs dans cette annonce: cette hausse des cotisations Agirc-Arrco (qui font fusionner) avait été décidée lors d'une négociation entre les partenaires sociaux en 2015. A l'époque, c'est surtout le choix de mettre en place un système de décote/surcote pour inciter les salariés à travailler (et donc à cotiser) plus longtemps qui avait retenu l'attention. Mais dans le cadre des mesures d'économie du régime de retraite complémentaire, la hausse pure et simple des cotisations avait aussi été retenue avec mise en place dès 2019. Elle devrait d'ailleurs rapporter plus que la décote/surcote.

Dans les faits, le "taux d'appel" va augmenter de deux points et le système ne comportera plus que deux tranches après la fusion.

Voir aussi - Retraites: une hausse modulée selon le montant des pensions "à l'étude", selon Ferrand 

Les principaux perdants seront les salariés qui gagnent plus de 3.300 euros par mois sans avoir le statut cadre, et qui ne cotisaient donc pas à l'Agirc. Ceux-ci ne contribuaient pas pour la tranche de leurs revenus dépassant les 9.900 euros par mois. Ce plafond sera relevé à 26.500 euros par mois.

Si la décision n'est pas directement politique –puisque décidée par les partenaires sociaux- elle représente une mauvaise nouvelle pour le gouvernement: cette hausse des cotisations des retraites complémentaires va grignoter le gain de pouvoir d'achat que ces salariés auraient dû obtenir avec la baisse des cotisations salariales en octobre.

Lire aussi:

Pour les retraités, la faible revalorisation des pensions  est "dure à avaler"

Budget 2019: les retraités "ne seront pas perdants", assure Le Maire


Voir la version optimisée mobile de cet article