Pratiques trompeuses

Soldes d'été 2018: pourquoi la période est propice aux arnaques?

La période des soldes est propice aux arnaques. - ©Jean-Christophe Verhaegen/AFP

Les soldes sont la période permettant aux commerçants de vider leurs stocks, ayant même le droit de vendre à perte. Or, les autorités de lutte contre la fraude ont déjà alerté dans le passé contre les pratiques douteuses, voire franchement trompeuses, pour contourner la législation.

C'est l'un des temps fort (deux fois par an même) de l'année commerciale française: les soldes permettent pendant six semaines (quatre à partir de l'année prochaine) aux détaillants de déstocker leurs produits invendus pendant la saison régulière. Une période stratégique qui n'est pas sans abus et qui mobilise les services de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) qui traquent les pratiques douteuses lors de la période.

Les soldes ont un but initial: permettre aux commerçants de se débarrasser d'une marchandise qui ne trouvera plus sa place pour la nouvelle saison qui s'ouvre, et donc minimiser la perte, partant d'un principe qu'une vente à faible prix vaut mieux que pas de vente du tout. Les soldes sont donc les seuls moments de l'année où un commerçant a le droit de vendre à perte un produit, une pratique normalement interdite le reste de l'année (la "promotion" étant une vente à prix baissés mais toujours avec une marge). Or la DGCCRF avait mené une enquête (voir ici) en 2016 sur 5.901 commerces et/ou sites de ventes en ligne et avait conclu que 50% des vendeurs étaient "en anomalie" par rapport à la législation sur les soldes.

Certaines pratiques s'apparentaient à de grossières manipulations marketing comme la présentation de "soldes jusqu'à -70%" par exemple alors que pratiquement aucun produit n'est à ce niveau de réduction, et que le reste du commerce affiche plutôt -30% ou -40%. Mais c'est une manipulation plus perverse que les autorités avaient relevés: la hausse soudaine des prix juste avant les soldes. La législation française imposait en effet que "le prix de référence" sur lequel s'applique le solde soit le prix le plus bas pratiqué le professionnel pour un bien donné dans les 30 jours suivant le début des soldes.

Voir aussi - Soldes d'été 2018: les dates des première, deuxième et troisième démarques

Or, deux décisions de la Cour de justice de l'union européenne ont invalidé cette réglementation. Il est donc possible pour le commerçant indélicat de fortement augmenter ses tarifs quelques jours avant pour qu'en période de soldes, ils puissent présenter à la fois un rabais attractif (en apparence) pour le client, et un prix qui profite au détaillant. Avec la possibilité pour ce dernier de mettre en place une opération de type "vente privée" avant les soldes pour continuer à vendre à un prix non gonflé à ses clients habituels.

Les soldes s'achèveront le 7 août dans les départements où ils ont commencé le 27 juin, soit l'ensemble de la France métropolitaine hormis la Corse, les Alpes-Maritimes et les Pyrénées-Orientales.


Voir la version optimisée mobile de cet article