Coup de frein

Snapchat perd 3 millions d'abonnés (et beaucoup d'argent)

Snapchat connaît une baisse de son nombre d'abonnés actifs. - © Bryan R. Smith / AFP/Archives

Le réseau social Snapchat affiche une performance inquiétante pour le deuxième trimestre 2018: une baisse notable de son nombre d'abonnés. Et la hausse de son chiffre d'affaires ne peut cacher ses pertes abyssales.

C'est sans doute le réseau social préféré des plus jeunes qui boudent Facebook ou Twitter. Pourtant, Snapchat vient de connaître un sérieux revers: l'application au petit fantôme sur fond jaune a annoncé mardi 7 au soir avoir perdu trois millions d'abonnés au deuxième trimestre.

Le nombre d'abonnés actifs quotidien de l'application n'est plus "que" de 188 millions contre 191 millions le trimestre précédent. La cause probable de ce désamour? Une mise à jour déployée en janvier changeant la présentation graphique de l'application et qui a suscité la désapprobation de nombreux utilisateurs. Des pétitions ont été lancées en ligne –l'une d'entre-elles a même réuni 1,2 million de signatures– et plusieurs stars des réseaux sociaux ont exprimé leur mécontentement comme Kylie Jenner.

Lire aussi: Des adolescentes américaines se font opérer pour ressembler à des filtres Snapchat

Snapchat, dont le modèle économique a toujours semblé fragile, peut se consoler avec un chiffre d'affaires en hausse de 44% à 262,26 millions de dollars sur la période. Mais l'entreprise a enregistré sur le même intervalle une perte de… 353 millions de dollars (donc supérieur à son chiffre d'affaires). En cause? Une tranche d'âge plus jeune que Facebook, et qui génère une dépense par utilisateur quatre fois plus faible que le réseau social de Mark Zuckerberg.

Snapchat est donc toujours tenu à bout de bras par ses investisseurs qui conservent leur confiance, avec une action qui se maintient et une injection de 250 millions de dollars du prince saoudien Al-Walid ben Talal.

Voir aussi:

Pourquoi Snapchat bug? Les internautes affolés par la panne

Facebook, "c'est pour les parents": les ados préfèrent Snapchat


Voir la version optimisée mobile de cet article