La dague de Toutankhamon a été forgée dans du fer météorique

La dague de Toutankhamon a été forgée dans du fer météorique

Publié le :

Mercredi 01 Juin 2016 - 20:12

Mise à jour :

Mercredi 01 Juin 2016 - 20:12
©Amr Dalsch/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Après près d'un siècle de spéculations, les scientifiques en sont bel et bien sûrs: la dague retrouvée dans le sarcophage de Toutankhamon a été forgée dans du fer météorique. En effet, une présence de 10,8% de nickel a été enregistrée dans l'objet, là où elle est d’environ 4% pour du minerai terrestre.

Toutankhamon a beau être mort à 18 ans, il est le plus connu des pharaons d'Egypte antique. Des millénaires plus tard, son tombeau ne cesse d'intriguer les égyptologues, alimentant la légende. Alors que certains scientifiques se concentraient ces derniers temps sur sa probable chambre secrète, d'autres viennent d'établir, après près d'un siècle de spéculations, que la dague du jeune roi a bel et bien été forgée dans du fer météorique.  

Quand, en 1925, Howard Carter découvre la momie de Toutankhamon, il met à jour une magnifique dague longue de 34, 2 cm. Si son manche ouvragé en or surmonté d'un pommeau de cristal de roche émerveille l'archéologue, ce dernier s'étonne surtout de l'allure de la lame: malgré ses 3.300 ans, elle est en parfait état. La découverte est d'autant plus surprenante que les Egyptiens de l'ère de Toutankhamon ne maîtrisaient pas le fer, se contentant de façonner les bronze, le cuivre et l'or, plus malléables. Comme le rappelle Le Point,  "les premières mines de fer dans la vallée du Nil n'ont pas été exploitées avant le premier millénaire avant notre ère". Face aux nombreuses interrogations du monde scientifique et aux lubies naissantes de certains qui affirment que la dague a été forgée par les extraterrestres, Howard Carter rappelle que les prêtre égyptiens prêtaient au fer une origine céleste pour permettre au jeune roi de rejoindre le royaume des cieux. Qui plus est, les premiers objets en fer découverts en Egypte et au Proche-Orient, dont le plus ancien date de 5.200 ans, ont une origine météorique.

Des années plus tard, Daniela Comelli (École polytechnique de Milan), Massimo d'Orazio (université de Pise) et Mahmud el-Galwagy (musée du Caire) ont fait analyser la fameuse dague par le biais d'un nouveau procédé non destructeur de matière, appelé la spectrométrie de fluorescence des rayons. Résultat: "les concentrations en nickel et les quantités (plus faibles) de cobalt, phosphore, carbone et soufre décelées dans la lame sont typiques du fer d’origine météoritique", a expliqué Daniela Comelli, à  Sciences et Avenir. En effet, une présence de 10,8% de nickel a été enregistrée, là où elle est d’environ 4% pour du minerai terrestre. Les scientifiques ont ensuite comparé les taux de la dague avec ceux de toutes les météorites répertoriées dans un rayon de 2.000 kilomètres autour de la Mer Rouge et en ont trouvé une correspondant à la composition de la lame.  

Aussi surprenant ce résultat soit-il, ce n'est pas la première fois que des archéologues exhument des objets égyptiens faits de fer extraterrestre. En 1911, des scientifiques avaient découvert une parure préhistorique composée de neuf perles tubulaires dans un cimetière de la période prédynastique situé le long du Nil. En les analysant en 2013, les chercheurs avaient pu établir que ces perles avaient été façonnées à partir de fer d'origine météoritique vers 3.300 ans av. J.C. Là encore, c'est grâce au taux de nickel qu'ils en étaient arrivés à cette conclusion.

 

Des millénaires plus tard, la légende de Toutankhamon continue d'intriguer les plus grands scientifiques.


Commentaires

-