L'exposition présentant une statue décriée de Juan Carlos finalement ouverte ce week-end

Fâcheuse posture

L'exposition présentant une statue décriée de Juan Carlos finalement ouverte ce week-end

Publié le :

Lundi 23 Mars 2015 - 10:44

Mise à jour :

Lundi 23 Mars 2015 - 11:13
Le Musée d'art contemporain de Barcelone est depuis quelques jours au centre d'une polémique, avec son exposition "La Bête et le Souverain", qui propose notamment une statue de l'ancien roi d'Espagne Juan Carlos dans une position pour le moins osée.
©Andre Penner/AP/SIPA
PARTAGER :
-A +A

La polémique secoue le monde culturel espagnol depuis plusieurs jours. L’exposition La Bête et le Souverain au Musée d’art contemporain de Barcelone, le Macba, a finalement été autorisée après avoir été annulée. En cause? Une œuvre intitulée Not Dressed for Conquering/Haute Couture 04 Transport. Derrière ce titre énigmatique, une statue en papier mâché montrant l’ancien roi Juan Carlos sodomisé à quatre pattes par une représentation de Domitila Barrios, une syndicaliste et féministe bolivienne (décédée en 2012), qui subit un traitement similaire de la part d’un chien. Une production que l’on doit à l’artiste autrichienne Ines Doujak, qui justifie la représentation osée d’une statue qui "joue avec les relations de pouvoir et les subvertit".

Le caractère pour le moins explicite de l’œuvre n’a pas été du goût  du directeur du musée, Bartomeu Mari, qui a exigé des commissaires qu’ils retirent l’œuvre lorsqu’il a appris la présence d’une telle statue dans la programmation de l’exposition. Ces derniers refusant ce qu’ils ont considéré comme un geste de censure, l’exposition a tout d’abord été purement et simplement déprogrammée avant que, sous la pression du monde culturel, médiatique et politique, le directeur du musée revienne finalement sur sa décision.

La statue est donc bel et bien visible depuis samedi. Mais l’épilogue de l’affaire n’est pas encore pleinement réglé: suite à cette polémique, Bartomeu Mari a en effet présenté sa démission, sur laquelle aucun retour n’avait encore été fait dimanche.

 

La statue "joue avec les relations de pouvoir et les subvertit", selon l'artiste.

Commentaires

-