Affaire Epstein : le discret soutien de Sarah Ferguson à un prince Andrew empêtré

Affaire Epstein : le discret soutien de Sarah Ferguson à un prince Andrew empêtré

Publié le :

Lundi 07 Octobre 2019 - 12:37

Mise à jour :

Jeudi 10 Octobre 2019 - 11:46
©LEON NEAL / AFP
PARTAGER :

France-Soir

-A +A
L’affaire Epstein est (très) loin d’avoir révélé tous ses secrets, mais un membre de la famille royale britannique est déjà dans la tourmente : le prince Andrew. Le fils cadet de la reine fait face à une succession d’accusations dans ce scandale international de prostitution de mineures. Son ex-épouse vient à sa rescousse. 
 
Le prince Andrew a reçu en fin de semaine dernière un appui de taille, celui de son ex-épouse. Jusqu’alors silencieuse, Sarah Ferguson s’est exprimée, de façon prudente, lors d’un festival cinématographique à Londres : « Je pense qu’il n’y a rien de plus important dans la vie que l’unité familiale (ndlr : le couple est parent de deux filles). Je pense qu’il n’y a pas assez de gentillesse dans le monde et que les gens devraient plus se soutenir, en particulier la jeune génération », a-t-elle répondu, selon le quotidien britannique The Sun, aux journalistes qui l’interrogeaient sur l’affaire.
 
Plusieurs accusations contre le prince Andrew
 
Empêtré dans le scandale Epstein, le prince Andrew fait face à plusieurs accusations de pédophilie et d'agressions sexuelles. La principale vient d’une jeune femme, Virginia Roberts, considérée comme une esclave sexuelle de Jeffrey Epstein et qui affirme avoir eu des relations sexuelles avec le « fils préféré » d’Elisabeth II en 2001. Elle était alors mineure. D’autres personnes ont témoigné de la présence du prince Andrew à la soirée en question, organisée dans le manoir de Jeffrey Epstein à Manhattan et au cours de laquelle des mineures auraient été payées dans le but d'« amuser les invités ».
 
 
Cette soirée de débauche n’est pas la seule en cause, Virginia Roberts ayant également affirmé au FBI avoir eu d’autres relations sexuelles avec Andrew, notamment à Londres et dans les Caraïbes. Les mœurs supposées du prince s’étalent ainsi à la une des journaux britanniques depuis l’été et particulièrement depuis le suicide en prison de Jeffrey Epstein, le 10 août. Accusé d’agression sexuelle par une autre femme, Johanna Sjoberg, présenté à minima comme un coureur de jupons, Andrew, aujourd’hui âgé de 59 ans, a toujours nié ces accusations. Et Buckingham avec lui. 
 
Sarah Ferguson témoin d’une grande amitié
 
Si l’affaire Epstein éclabousse ainsi le prince Andrew, c’est aussi parce que le milliardaire américain et le membre de la famille royale nourrissaient une amitié de longue date. Le second avait été jusqu’à s’afficher avec Jeffrey Epstein à sa sortie de prison, après que celui-ci ait fait face à une première accusation de trafic sexuel de mineures. 
 
Une amitié dont fut donc témoin Sarah Ferguson, épouse du prince Andrew de 1986 à 1996. Mais la flamboyante duchesse d’York avait pris ses distances il y a plusieurs années déjà, déclarant : « Je regrette d’être associée d’une quelconque façon au nom de Jeffrey Epstein », auquel elle avait d’ailleurs emprunté une grosse somme d’argent. « La pédophilie me dégoûte, comme toute forme d’abus sexuel sur des enfants ». 
 
A lire aussi :
 
Le prince Andrew défendu par son ex-épouse Sarah Ferguson

Commentaires

-