Cœur de Pirate se dénude sur Instagram contre la dysmorphobie (photo)

Cœur de Pirate se dénude sur Instagram contre la dysmorphobie (photo)

Publié le :

Vendredi 09 Novembre 2018 - 17:54

Mise à jour :

Vendredi 09 Novembre 2018 - 18:15
©Valery Hache/AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Cœur de Pirate a une nouvelle fois choisi Instagram pour évoquer le problème de sa dysmorphophobie, dans le cadre d'une campagne cherchant à montrer les femmes au naturel. La chanteuse québécoise dit souffrir de ce trouble qui la fait se sentir laide.

Le sujet lui tient à cœur. La chanteuse québécoise Béatrice Martin, plus connue sous son pseudonyme de Cœur de Pirate, s'est dévoilée sur Instagram afin d'alerter une nouvelle fois sur la dysmorphophobie -trouble dont elle dit souffrir au point d'avoir parfois peur de sortir de chez elle- et le rôle des réseaux sociaux dans son développement.

Ce désordre relativement peu connu, également appelé dysmorphobie, dysmorphie corporelle ou BBD en anglais (pour "body dysmorphic disorder"), correspond à une préoccupation irrationnelle d'un défaut parfois inexistant. L'individu en souffrant lui accorde une importance démesurée. L'exemple le plus connu est celui des personnes atteintes d'anorexie qui restent persuadées qu'elles sont "grosses" malgré leur maigreur. Dans ce cas-là il s'agit d'un symptôme d'une maladie, mais la dysmorphophobie peut aussi apparaître seule.

Voir: Dysmorphie corporelle: quel est ce trouble dont souffre Coeur de pirate?

Cœur de Pirate a ainsi déclaré être atteinte de ce trouble au point d'avoir parfois l'impression que ses vêtements "l'étouffent".  "Je changeais mille fois de vêtements, comptais la moindre vergeture et mes vêtements brûlaient ma peau. Je me comparais sans cesse, jusqu'à ce que je me persuade que je ne méritais pas d'être aimée", a-t-elle écrit mardi 6 en légende d'une photo Instagram sur laquelle elle pose en sous-vêtements, insistant sur le fait que rien n'a été retouché.

Une démarche qui s'inscrit dans l'initiative "The womanhood project". Celui-ci consiste en la diffusion de photos montrant les femmes "dans leur propre environnement, de la manière la plus personnelle et la plus naturelle possible". De nombreuses photos montrent ainsi des corps imparfaits, parfois marqués par la maladie, en opposition aux modèles aseptisés véhiculés par les réseaux sociaux.  

Lire aussi:

Cœur de pirate: en manque de sexe, elle crie sa détresse sur Twitter

Photos retouchées et image de soi: les réseaux sociaux mauvais pour la santé mentale des jeunes

Cœur de Pirate est en lutte contre la dysmorphophobie.


Commentaires

-