Nicolas Vanier accusé d'avoir perturbé des flamants roses, espèce quasi menacée

Nicolas Vanier accusé d'avoir perturbé des flamants roses, espèce quasi menacée

Publié le :

Lundi 02 Juillet 2018 - 17:12

Mise à jour :

Lundi 02 Juillet 2018 - 17:19
Le réalisateur Nicolas Vanier fait l'objet d'une plainte. L'association France Nature Environnement du Languedoc-Roussillon l'a accusé vendredi d'avoir perturbé la seule colonie de flamants roses du pays en pleine période de couvaison.
©Wikimedia Commons
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Nicolas Vanier fait l'objet d'une plainte alors qu'il est en plein tournage de son dernier long-métrage dans le Languedoc-Roussillon. Selon l'association France Nature Environnement, il aurait perturbé une colonie de flamants rose, la dernière présente dans le pays.

En voulant faire s'envoler cette colonie "emblématique et identifiée comme quasi menacée sur la liste rouge régionale des oiseaux nicheurs du Languedoc-Roussillon", le réalisateur aurait grandement dérangé les oiseaux en pleine période de couvaison.

Il réalise actuellement un film sur la vie du photographe Christian Moullec, passionné d'ornithologie.

A voir aussi: Maltraitance animale - l'ex-dompteur André-Joseph Bouglione témoigne

"L’équipe de tournage de Nicolas Vanier a survolé en ULM la seule colonie de flamants roses de France en pleine période de couvaison. En tentant de les faire s’envoler pour les filmer en vol, les engins ont provoqué un mouvement de panique au moment le plus sensible de l’année: 11 % des nids ont été abandonnés", s'est alarmée l'association de protection de la faune et la flore dans un communiqué publié vendredi 29 juin.

La FNE Languedoc-Roussillon a donc décidé de porter plainte pour perturbation intentionnelle d'espèce protégée et destruction d'œuf d'espèce protégée.

En effet, "paniqués, 500 couples sur les 4.500 que comprend la colonie ont abandonné définitivement leur œuf".

Ce n'est pas la première fois que Nicolas Vanier se retrouve lié à une affaire de mauvais traitements envers des animaux, qui sont pourtant les personnages principaux de chacun de ses films.

En juillet 2015 le Camp Nicolas Vanier, qui accueillait une soixantaine de chiens (principalement des huskys), était fermé par arrêté préfectoral pour manque d'hygiène.

Le réalisateur connu notamment pour le film Le Dernier Trappeur, s'était alors dédouané en martelant son amour pour les chiens et en indiquant que si le refuge portait son nom, il n'en était pas le gestionnaire.

Les chiens avaient été recueillis par d'autres associations qui avaient affirmé que tous n'étaient pas en bonne santé et certains "dans un état d'amaigrissement flagrant".

Nicolas Vanier est accusé d'avoir pertubé une colonie de flamants roses en pleine période de couvaison, 500 couples ont abandonné leur œuf.


Commentaires

-