Tony Parker : la consécration des Spurs et une autobiographie - (Vidéo)

Tony Parker : la consécration des Spurs et une autobiographie - (Vidéo)

Publié le :

Mercredi 13 Novembre 2019 - 10:56

Mise à jour :

Mercredi 13 Novembre 2019 - 10:56
Ronald Cortes / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A
Basketteur star de la NBA, le Français raconte son parcours dans « Tony Parker, au-delà de tous mes rêves ». Une autobiographie qui sort alors que son club des Spurs de San Antonio vient de lui rendre un hommage exceptionnel, retirer son maillot. 
 
A quelques semaines près, il est un chapitre que le basketteur Tony Parker aurait sans doute aimé ajouté à son autobiographie. Celui de l’émotion ressentie dans la nuit de lundi à mardi, quand son club historique des Spurs lui a rendu un hommage inédit pour un basketteur français – et rare pour un basketteur tout court : son maillot a été envoyé au plafond de l’AT&T Center, sous le regard ému de TP, de sa famille et de ses fans. Plus aucun joueur ne pourra désormais porter le numéro 9 à San Antonio.
 
Retraité des parquets depuis le mois de juin, Tony Parker, 37 ans, n’en reste donc pas moins à la une de l’actualité sportive. Et d’autant plus avec la sortie, la semaine dernière, de son livre autobiographique « Tony Parker, au-delà de tous mes rêves » (éditions Solar). 
 
Les deux pères de TP
 
Le meilleur basketteur français de l’histoire a choisi la plume pour se raconter, son parcours du club de Fécamp aux parquets de NBA, son statut de « people » au moment de sa relation avec l’actrice Eva Longoria, son engagement dans le club de l’ASVEL… Plus étonnant, Tony Parker revient sur son enfance en Belgique, avec sa mère, le mannequin néerlandais Pamela Firestone, son père, le basketteur américain Tony Parker, et ses deux frères Pierre et Terence. 
 
« A la maison, avec mon père, c’était très très strict. Il nous a inculqué la discipline. Si on faisait des bêtises, c’était tout de suite la ceinture ou la chaussure ».
 
Les fans qui pensaient peut-être tout savoir de la vie de Tony Parker vont se détromper. L’autobiographie fourmille également d’anecdotes personnelles qu’aucun livre ou aucun journal n’a encore racontées. On y découvre encore la relation de TP avec son autre père, l’entraîneur Gregg Popovich, fréquenté durant dix-sept ans sur les parquets américains, là encore, d'un niveau d’exigences hors normes. « J’avais parfois les larmes aux yeux sous la douche après l’entraînement ». 
Tony Parker l’homme d’affaires 
 
C’est ce sens de l’effort que Tony Parker transmet aujourd’hui au sein du club dont il est président et actionnaire majoritaire depuis 2014, l’ASVEL Lyon-Villeurbanne. Il se décrit comme un patron « exigeant, c’est sûr et certain. Dur ? Je ne suis pas comme Pop! » (ndlr : Gregg Popovich). Patron, homme d’affaires, celui qui est aussi propriétaire de la station de Villard-de-lans en Isère entend désormais faire ses preuves comme businessman. 
 
« C’est juste ma première vie qui se termine, avait confié Tony Parker en juin au journal L’Equipe. J’espère que dans les vingt prochaines années, je serai reconnu comme un bon businessman qui a réussi dans le monde de l’entreprise. C’est un challenge ». Le business selon TP, c’est donc son club de basket, son académie ouverte en septembre sur Lyon, sa station de ski, une maison de production de cinéma… entre autres. 
 
Mais le basketteur français, qui vit toujours aux Etats-Unis avec son épouse Axelle et ses deux enfants, Josh, 5 ans, et Liam, 3 ans, nourrit un rêve encore plus grand. Et il ne s’en cache pas. Son but ultime : devenir le patron d’une franchise de NBA. 
 

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :


En famille, Tony Parker assiste au retrait de son maillot

Fil d'actualités




Commentaires

-