"A bras ouverts": une comédie "ratée" et "raciste" d'après les critiques

"A bras ouverts": une comédie "ratée" et "raciste" d'après les critiques

Publié le :

Mercredi 05 Avril 2017 - 18:06

Mise à jour :

Mercredi 05 Avril 2017 - 18:23
©Capture d'écran/YouTube
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Sorti ce mercredi au cinéma, la comédie "A bras ouverts" n'a pas été accueillie comme tel par les critiques. Le troisième film de Philippe Chauveron, le réalisateur de "Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu?", a été jugé "raté" et "raciste".

"Raté" ont écrit plusieurs médias à propos d'A bras ouverts sorti en salle ce mercredi 5. Il s'agit du troisième film de Philippe Chauveron, le réalisateur de la comédie à succès Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu? . Ce nouveau film reste dans la lignée des précédents et porte sur le thème de l'acception de l'autre quelles que soient ses origines. Cette fois, c'est la communauté des Roms et son intégration dans la société française qui est au centre de l'intrigue. Seulement, d'après plusieurs critiques, le résultat final est maladroit et tend vers un humour à la limite du racisme.

Avant même sa diffusion, les critiques des internautes avaient fusé sur les réseaux sociaux. Après l'avant-première pour la presse, les journalistes ont confirmé le mauvais rendu du film. Beaucoup de personnes se sont accordées à dire que la comédie peignait un portrait peu flatteur voire insultant des Roms. A l'image du personnage de Babik, joué par Ary Abittan, et de ses pairs qui sont "sales, crachent, ont des chicots à la place des dents, trimballent un cochon qui saccage le jardin, mangent des hérissons et des taupes, chassés à mains nues par le cousin handicapé mental", a notamment écrit Le Parisien.

Jean-Etienne Fougerole, un "intellectuel de gauche" interprété par Christian Clavier, héberge une famille de Roms après un défi lancé par un adversaire politique. Sauf que les blagues du personnage tombent à plat et les clichés s'enchaînent sur la population minoritaire. "On verra un jeune garçon voler du câble sur un chantier, des femmes mendier sur le trottoir, des hommes coiffer des bonnets péruviens pour chanter dans le métro", a aussi décrit Le Monde. Reste à savoir si le public partagera cette opinion.

Plusieurs critiques se sont accordézs à dire que la comédie peignait un portrait peu flatteur voire insultant de la communauté des Roms.


Commentaires

-