Scarlett Johansson à Paris pour la promotion de "Ghost in the Shell" (VIDEO)

Scarlett Johansson à Paris pour la promotion de "Ghost in the Shell" (VIDEO)

Publié le :

Mercredi 22 Mars 2017 - 16:25

Mise à jour :

Mercredi 22 Mars 2017 - 17:00
L'équipe de "Ghost in the Shell", qui sort dans les salles françaises le 29 mars, est actuellement à Paris pour la promotion du film. La tête d'affiche Scarlett Johansson a assisté à l'avant-première parisienne et a donné une conférence de presse, aux côtés notamment de Juliette Binoche, autre actrice du film.
©Patrick Kovarik/AFP
PARTAGER :

Jean-Michel Comte

-A +A

Scarlett Johansson est à Paris pour la tournée internationale de promotion du film Ghost in the Shell, l'adaptation du célèbre manga japonais des années 80 dont elle est la vedette. Elle y interprète une femme-flic du futur, chef d'une unité d'élite de la police anti-criminalité, qui a le cerveau d'un être humain mais le corps d'un robot –ce qui en fait une arme redoutable.

Le film sort sur les écrans français mercredi 29, le jeudi 30 en Grande-Bretagne et à Hong Kong, le vendredi 31 aux États-Unis et le vendredi 7 avril au Japon.

L'équipe de Ghost in the Shell a assisté mardi 21 dans la soirée à l'avant-première parisienne du film au cinéma Le Grand Rex, avant de donner une conférence de presse ce mercredi 22 dans les salons d'un palace non loin du Palais de l'Elysée. Cheveux blonds très courts, lèvres rouges comme dans le film, chemisier noir à pois blancs et pantalon noir, fines boucles d'oreilles scintillantes, Scarlett Johansson était entourée du réalisateur, le Britannique Rupert Sanders, et des principaux acteurs du film: la Française Juliette Binoche (qui joue la scientifique qui lui a créé un corps artificiel, dans le film), l'acteur danois Pilou Asbæk (qui est son second dans la section d'élite de la police) et l'acteur américain Michael Pitt (qui interprète le rôle du méchant).

Le manga japonais Ghost in the Shell, paru en 1989, avait déjà fait l'objet d'une adaptation au cinéma en 1995, sous la forme d'un dessin animé. Cette fois-ci, le film a été tourné en prise de vues réelles, avec de vrais acteurs entourés d'effets spéciaux numériques. "Ce n'était pas évident au départ, pour moi de comprendre comment transposer au cinéma ce dessin animé", a expliqué Scarlett Johansson. "Et puis ce projet m'a hanté, pendant des mois, je me suis demandé comment donner vie à ce personnage, que je trouvais froid au début".

De son côté Juliette Binoche a refusé à plusieurs reprises le rôle secondaire que lui proposait le réalisateur, avant finalement d'accepter de s'aventurer dans ce genre de films dont elle n'est pas coutumière. "C'est probablement pour cela que ça m'a attirée. Il faut savoir se mettre dans des zones nouvelles. Quand Rupert m'a fait lire le scénario, je n'ai absolument rien compris (…). Et puis il est revenu à la charge trois fois, et j'ai accepté ce projet".

Au-delà de l'action, le film évoque la manière dont les robots complètent, voire remplacent, l'être humain de plus en plus chaque jour. Message et conclusion du film, pour le réalisateur: "Nous devons mettre tout en œuvre pour que la part d'humanité survive" au fil du développement technologique.

Le symbole de cet antagonisme est le personnage de Scarlett Johansson qui, au sein de son enveloppe corporelle artificielle ("the Shell"), conserve une âme humaine ("the Ghost"). Le corps et l'esprit, deux choses différentes et dissociées, ce qui pourrait définir le métier d'acteur en général? Non, répond Scarlett Johansson: "La connexion esprit-corps est capitale quand vous êtes actrice. Notre instinct, c'est l'outil essentiel dans notre métier". Même constat de Juliette Binoche: "Dans notre éducation, on a tendance à dissocier le corps et l'esprit. Le travail de l'acteur, c'est de reconnecter les deux".

Dans le film, le cerveau humain du personnage principal a des souvenirs qui lui reviennent régulièrement. Les quatre acteurs présents à la conférence de presse ont donc été interrogés sur le principal souvenir qu'ils gardent du tournage de Ghost in the Shell. "Il faut travailler avec des réalisateurs qui sont des partenaires créatifs. Le tournage a été difficile, mais de façon positive", a répondu Scarlett Johansson, tressant des louanges à Rupert Sanders. Pour Juliette Binoche, "c'est toujours important d'être en phase avec ce que l'on ressent, d'assumer ce que l'on ressent", et le fait d'avoir d'abord refusé le rôle avant de dire oui au réalisateur, quand elle s'est sentie prête, "nous a rapprochés l'un de l'autre".

Le souvenir le plus marquant de Pilou Asbæk? "On a vraiment besoin de garder ses deux yeux pendant tout le tournage" –allusion à son personnage, qui se fait greffer deux yeux cybernétiques et ultra-performants au début du film.

Quant à Michael Pitt, à la même question de savoir quel souvenir il garderait de ce tournage, il a répondu en souriant: "Oui, il y en a un. Mais je ne le dirai jamais dans une conférence de presse. Je ne vous le dirai pas…".

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film):

Scarlett Johansson mardi 21 au Grand Rex pour l'avant-première parisienne de "Ghost in the Shell".


Commentaires

-