Brad Pitt condamné à verser de l'argent à une plasticienne: "il a coulé ma boîte"

Brad Pitt condamné à verser de l'argent à une plasticienne: "il a coulé ma boîte"

Publié le :

Jeudi 17 Août 2017 - 12:56

Mise à jour :

Jeudi 17 Août 2017 - 13:06
Dans un entretien accordé à "Libération", la plasticienne française Odile Soudant a raconté l'enfer qu'elle a vécu lorsqu'elle travaillait pour Brad Pitt dans sa maison de Miraval. D'après ses dires, l'acteur a coulé sa "boîte" et s'est approprié son "travail".
©Rich Fury/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Alors qu'il tente par tous les moyens de sauver le couple qu'il formait avec Angelina Jolie, Brad Pitt est actuellement confronté à un autre problème. En effet, une plasticienne française, qui a travaillé pour les deux célébrités dans leur ancienne propriété de Miraval, à Correns dans le Var, a fait quelques révélations dérangeantes lors d'un entretien accordé à Libération.

Prénommée Odile Soudant, la jeune femme (ex-assistante de Jean-Nouvel), à la tête de la société Lumières Studio, a été engagée par l'acteur en 2010 et était missionnée de travailler sur la lumière dans la propriété. "Il voulait en faire un lieu exceptionnel et considérait que la lumière devait être au centre de tout", a déclaré la jeune femme à qui Brad Pitt avait donné carte blanche. Ainsi, pour mener à bien ce projet, elle a engagé à plein temps 17 personnes. Seulement voilà: aucun contrat n'a été signé. Et, au bout de quelques mois de travail, la jeune femme a commencé à déchanter lorsqu'elle a constaté que les factures n'étaient plus payées par l'acteur.

Ce dernier ne semblait pas y prendre garde et continuait d'échanger par mail avec elle, lui demandant de terminer son travail. Dans l'incapacité de payer ses salariés et ses fournisseurs, Odile Soudant s'est donc retrouvée perdue, ne sachant plus quoi faire. Elle avançait l'argent mais ne recevait plus de fonds et s'est même retrouvée à ne plus pouvoir utiliser sa carte bleue. Elle a donc mis en demeure la société de l'acteur basée au Luxembourg.

"Je ne sais pas comment ça se passe en France, mais aux Etats-Unis, les amis n’attaquent pas les amis. Je n’ai été rien d’autre qu’un fan de ton travail. N’attaque pas. Finissons ce projet et soyons-en fiers. Le travail est trop bon pour se quitter sur une mauvaise note. La vie est trop courte, mon amie", lui a-t-il notamment écrit. Et, après plusieurs échanges, la jeune femme a fini par recevoir une partie des fonds mais n'a plus été autorisée à revenir sur le chantier. Pire encore: l'acteur a débauché une de ses ex-salariées pour finir les travaux à sa place.

Mais la jeune femme ne s'est pas laissée intimidée. Après plusieurs années de bataille judiciaire, elle a finalement obtenu gain de cause en avril dernier par la cours d'appel de Paris, laquelle a condamné l'acteur et sa société à lui verser 565.000 euros.

Et, comble de l'histoire, Brad Pitt a également essayé de s'approprier ses créations. En effet, selon ses avocats, "les idées luminaires venaient prin­ci­pa­le­ment de Monsieur Pitt lui-même, qui est passionné d’ar­chi­tec­ture et savait ce qu’il voulait réali­ser". Des propos qui n'ont pas tardé à faire réagir la principale concernée. "Si c’est vrai, alors moi, je suis actrice à Holly­wood", a-t-elle notamment déploré précisant que l'acteur a coulé sa "boîte" et s'est approprié son "travail". 

Brad Pitt a été condamné à verser à une plasticienne 565.000 euros.


Commentaires

-